Retour

La police enquête maintenant sur 15 plaintes à l'Université Laval

La police de Québec établit un poste de commandement sur le campus de l'Université Laval pour recueillir de l'information et des témoignages afin de faire avancer l'enquête qui porte maintenant sur 15 plaintes d'intrusion et d'agression à caractère sexuel dans des résidences, la fin de semaine dernière.

Les enquêteurs se sont installés devant le pavillon Alphonse-Marie-Parent, où un ou des suspects se sont introduits dans des chambres dans la nuit du 15 octobre.

Le nombre de plaintes reçues par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) est passé de 11 à 15 dans les derniers jours. Quatre plaintes concernent des attouchements et des agressions sexuelles. Les enquêteurs croient que de nouveaux témoins ou de nouvelles victimes pourraient se manifester.

« On sait très bien qu'en matière de gestes à connotation sexuelle, le fait de porter une plainte pour une victime, de dénoncer les gestes est très difficile [...] donc, on est ici pour aller vers les gens, vers les victimes », mentionne Mario Vézina, capitaine du module des crimes majeurs au SPVQ.

La police ne peut dire pour le moment le nombre de suspects recherchés pour ne pas nuire à l'enquête. Le SPVQ, qui travaille en étroite collaboration avec le Service de sécurité de l'Université Laval, souligne que l'enquête avance rapidement. Le travail est toutefois complexe.

« On se doit de rencontrer plusieurs personnes, des témoins, des victimes [...]. Évidemment, ça se passe en pleine nuit, on n'a pas d'éclairage, donc pour reconstituer le fil conducteur, ce n'est pas évident », dit Mario Vézina.

Les bandes vidéo du Service de sécurité de l'Université Laval sont visionnées présentement. Le SPVQ mentionne que des informations pour retrouver le ou les suspects seront communiquées ultérieurement, lorsque cela sera possible.

Le SPVQ a rencontré toutes les victimes connues jusqu'à présent et une responsable du CAVAC Québec est présente afin d'offrir de l'aide aux personnes qui en sentiraient le besoin.

Une vigile de solidarité contre la violence sexuelle et en soutien aux victimes est par ailleurs prévue pour 19 h ce soir sur le campus de l'Université Laval.

Les ministres de l'Enseignement supérieur, Hélène David, de l'Éducation, Sébastien Proulx, et de la Condition féminine, Lise Thériault, notamment, seront présents.

Lise Thériault ne veut pas commenter le temps de réaction du recteur de l'Université Laval dans ce dossier, mais souligne qu'on peut démontrer de l'empathie envers les victimes sans nuire à l'enquête policière en cours.

« Je pense que c'est important de dénoncer sur toutes les tribunes, je pense que ces jeunes femmes ont besoin de notre support, qu'on les rencontre, d'être présents. »

Le rassemblement est prévu devant le pavillon Alphonse-Marie-Parent, sur le campus de l'Université Laval.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque