Retour

La prison pour des propos haineux après l'attentat à la mosquée de Québec

Un jeune homme de Québec est condamné à 60 jours de prison pour avoir écrit des propos haineux sur Facebook, dans les heures qui ont suivi la fusillade à la mosquée de Québec, en janvier 2017.

Un texte de Yannick Bergeron

Qualifiant les propos d' « odieux » où « les manifestations de la haine y sont d'une violence sans nom », le juge Mario Tremblay n'a pas accordé l'absolution que réclamait Samuel Huot.

« Il a cru, à tort, que sa liberté d'opinion et d'expression ne connaissait aucune limite et a agi sans égard à la vie et à la sécurité de ses concitoyens », écrit le juge Tremblay dans sa décision.

La poursuite réclamait 90 jours de prison, mais le magistrat constate dans son jugement que l'infraction commise par Huot entraîne une peine maximale de 6 mois.

Risque de récidive

Le juge considère que le jeune homme de 21 ans représente toujours un risque de récidive puisqu'il entretient encore des pensées racistes.

Huot devra donc faire attention à ce qu'il publiera au cours des 18 prochains mois, alors qu'il sera sous probation.

Le juge lui interdit « de tenir des propos offensants ou méprisants à l'égard de l'immigration ou de la communauté musulmane sur internet et sur quelques réseaux sociaux que ce soit ».

Durant sa probation, il n'aura pas le droit non plus de faire référence à sa condamnation sur internet.

Le Tribunal lui interdit également d'être en possession d'armes.

Après son arrestation, Huot a passé l'équivalent de 12 jours de prison. Il lui reste donc 48 jours qu'il purger les fins de semaine.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque