Retour

La qualité des sources d'eau potable préoccupante à Québec

Le lac Saint-Charles, source d'eau potable de la ville de Québec, a vieilli de 25 ans en seulement 5 ans, selon un rapport sur la qualité de l'eau rendu public dimanche.

Les 1000 tonnes de sel déglaçant utilisées sur la nouvelle portion de la route 175 à Stoneham ont des impacts sur l'eau du bassin versant du lac Saint-Charles, d'après le rapport. Le développement résidentiel et le déboisement ont aussi contribué à la détérioration de la qualité de l'eau.

Les principales sources d'eau potable de la ville de Québec sont dans un état préoccupant, selon la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), qui a dévoilé aussi dimanche son plan de protection des sources d'eau potable.

Plusieurs plans d'eau sont touchés par ce plan : le bassin versant de la rivière Saint-Charles, le bassin versant de la rivière Montmorency et le fleuve Saint-Laurent.

La Communauté métropolitaine de Québec devra investir plusieurs millions de dollars pour corriger la situation. Le développement sera restreint. Des travaux importants pour réduire l'impact des infrastructures existantes seront entrepris, des résidences seront connectées au réseau d'égouts et le drainage pluvial du réseau routier sera amélioré. Le territoire sera reboisé au maximum et l'utilisation d'engrais sera réduite au minimum.

Le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, affirme qu'il faut « prendre le taureau par les cornes » et empêcher tout nouveau développement domiciliaire dans le secteur du lac Saint-Charles.

À la lumière des informations dévoilées, la Ville annonce d'ailleurs qu'elle met un frein au développement résidentiel dans le secteur du lac Saint-Charles. Sur 35 projets, 15 ne pourront être réalisés.

Les citoyens devront aussi modifier leurs comportements. Une vaste campagne de sensibilisation sera bientôt lancée auprès de la population.

Plus d'articles

Commentaires