Retour

La réouverture de la Villa des nobles gens pas pour maintenant

Le propriétaire de la résidence pour aînés la Villa des nobles gens de l'arrondissement de Beauport, évacuée vendredi, devra faire la démonstration que le lieu est sécuritaire avant d'obtenir l'autorisation de reprendre sa clientèle.

Claude Rousseau affirme qu'il a apporté les correctifs requis par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale au cours de la fin de semaine, soit retirer les médicaments périmés et installer un lavabo dans la pharmacie.

Il estime avoir rempli les exigences et croit pouvoir rouvrir prochainement.

« C'est pas très long ajouter un lavabo et faire le ménage dans les médicaments, prendre la petite boîte de médicaments périmés et les retourner à la pharmacie, d'ailleurs, quand on nous a donné l'avis formel, on nous a dit : si vous réglez ça en fin de semaine, lundi vous pourrez rouvrir. »

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a fait évacuer les lieux vendredi en raison d'un manque d'hygiène et de salubrité constaté par des inspecteurs qui se sont rendus sur place plus tôt dans la semaine.

Plus qu'un lavabo, dit le CIUSSS

Selon Carl Dumais, directeur adjoint du soutien à l'autonomie des personnes âgées du CIUSSS, les problèmes relevés à la résidence concernent davantage qu'un évier et un médicament périmé.

L'environnement de la résidence et la gestion de la médication ne seraient pas propices aux soins des personnes semi-autonomes qui y demeurent.

« On parle d'un enjeu global d'environnement, salubrité, mais aussi expertise de soutenir la clientèle qui est en place aussi. C'est différents critères qu'on regarde et ces critères touchaient la sécurité de notre clientèle », résume-t-il.

M. Dumais évoque des questions d'odeurs, de planchers inadéquats pour la mobilité de la clientèle âgée, notamment.

Les modifications apportées par le propriétaire sont vraisemblablement loin d'assurer une réouverture imminente.

« On n'est pas du tout dans une ouverture aujourd'hui. Le promoteur va devoir se conformer aux critères, assurer la sécurité et tant qu'on n'est pas assurés hors de tout doute de ça et qu'il n'y a pas une pérennisation, on n'est pas dans une ouverture du tout présentement. »

Le CIUSS dit avoir fait parvenir il y a un  an un avis comportant la liste des aspects à modifier, mais que cela n'a pas été fait. Le propriétaire réfute cette information.

Claude Rousseau affirme que le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec a soupçonné par le passé la présence de vermine dans l'établissement, mais qu'aucune preuve de cela n'a été trouvée.

« Ils disent qu'il y avait de la vermine ici. Nous autres, on ne l'a pas trouvé encore. On la cherche encore. Depuis deux, trois ans, tout a été fait. On n'en a pas attrapé, pis Maheu Maheu n'en ont jamais attrapé. »

Des proches pas informés

La manière dont l'évacuation a été faite, rapidement, et sans que certaines familles aient pu être informées soulève par ailleurs la critique du propriétaire. M. Rousseau affirme que les proches des résidents ont été mis au courant de la situation à peine deux heures avant l'évacuation et que le suivi avec le CLSC a été difficile.

« Le CLSC a fermé à 16 h 30 vendredi. La famille, il y a des gens qui arrivaient de voyage samedi matin, ils n'ont jamais su où était rendu leur membre, ça n'a aucun bon sens! »

Raymond Larouche, frère d'un résident évacué, avait quitté la résidence vendredi lorsque l'évacuation est survenue.

« Ils auraient dû m'appeler, mais pour une raison ou pour une autre ça n'a pas été fait. [...] Si j'étais resté là jusqu'à 4 h 30, j'aurais été au courant de tout », dit-il.
Il se dit prêt à ramener son frère à la résidence lorsque l'avis d'évacuation sera levé.

M. Dumais affirme pour sa part que l'évacuation s'est faite dans l'ordre et de façon adéquate, mais souligne que la situation nécessitait une intervention rapide.

Les 24 résidents de la Villa des nobles gens ont tous été transportés vers des résidences ou des institutions de santé de la région. 

Plus d'articles

Commentaires