Retour

La réputation de Québec nuit au recrutement des travailleurs, dit Labeaume

L'image de ville intolérante et réfractaire à l'immigration qui colle à Québec est un obstacle important au recrutement de la main-d'œuvre, selon Régis Labeaume.

Un texte de Louis Gagné

« Oui, on a un problème d'image et c'est pour ça que je travaille fort actuellement », a déclaré le maire de Québec, jeudi, lors d’une entrevue à l’émission Midi info animée par Michel C. Auger.

Régis Labeaume reconnait que la présence de groupes identitaires associés à l’extrême droite, l’opposition à l’aménagement d’un cimetière musulman et l’attentat à la mosquée, entre autres, ont nui à la réputation de Québec.

Il affirme toutefois que ces controverses ne reflètent pas la réalité. Le maire reproche aux médias d’avoir contribué à projeter une image déformée de sa ville.

Régis Labeaume a vanté les mérites de l’immigration mercredi lors d’une allocution prononcée devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

17 000 travailleurs recherchés

Le maire a soutenu que la solution à la pénurie de main-d’œuvre dans la grande région de Québec passait par le recrutement de travailleurs étrangers. Il a rappelé qu’il y avait 17 000 postes à combler dans la région.

« On doit faire un effort supplémentaire, parce que les immigrants choisissent d'emblée les métropoles », a confié le maire à Michel C. Auger.

Bien qu’il ait une préférence pour les immigrants francophones, Régis Labeaume affirme avoir « du travail pour tout le monde », incluant les personnes qui n’auraient pas terminé leurs études secondaires.

« On est [même] prêts à les former […] Honnêtement, c’est notre prospérité qui est en jeu », a-t-il insisté.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque