Retour

La restauration des œuvres d'art publiques extérieures, un défi à Québec

Le controversé démantèlement de l'œuvre Dialogue avec l'histoire il y a quelques semaines à Québec, en raison de son état de détérioration avancé, a mis en lumière le phénomène des œuvres d'arts ou monuments extérieurs soumis aux intempéries, hiver comme été.

Dans la capitale, la restauration des œuvres publiques extérieures fait partie de la Vision du développement de l'art public développé par la Ville de Québec il y a quelques années.

Dans le cadre de cette stratégie, l'administration municipale a confié au Centre de conservation du Québec la restauration et l'entretien de 44 œuvres de sa collection extérieure, au coût de près de 180 000 $.

Marie-Chantale Poisson, restauratrice au Centre de conservation du Québec, explique qu'il n'est pas facile d'entretenir les œuvres extérieures.

Le froid, le gel et la pluie malmènent les monuments, dit-elle, et les défis sont grands. « C'est exposé à toutes sortes d'éléments, dont les sels de déglaçage dans la rue en particulier, qui attaquent beaucoup les surfaces en métal et la pierre », explique-t-elle.

Cette dernière ajoute que les restaurateurs ne peuvent parfois rien faire, hormis appliquer des couches de cire protectrice ou encore installer des barrières antineige près des œuvres extérieures.

Des villes conscientes du problème

Si le Centre de conservation du Québec se garde bien de commenter la décision de l'administration Labeaume de démanteler l'œuvre Dialogue avec l'histoire, il se réjouit de voir que la Ville de Québec a à cœur la préservation des œuvres de sa collection extérieure.

Selon Nicole Champagne, directrice du Centre de conservation du Québec, les grandes villes du Québec sont d'ailleurs de plus en plus préoccupées par l'entretien et la préservation des œuvres d'art publiques sur leur territoire.

Marie-Chantale Poisson abonde dans le même sens. « Je pense que les municipalités sont de plus en plus conscientes [...] et se rendent compte que l'entretien préventif est beaucoup plus rentable que des réactions plus tardives », dit-elle.

Plus d'articles

Commentaires