Retour

La soeur de Marilyn Bergeron veut un site pour les personnes disparues

La soeur de Marylin Bergeron, une jeune femme portée disparue depuis 8 ans, veut doter le Québec d'une banque de données unique à l'intention des personnes disparues.

Jointe à Los Angeles où elle demeure, Nathalie Bergeron ne cache pas sa déception face aux efforts faits pour retrouver les personnes disparues au Québec.

« On ne se le cachera pas, il faut être chanceux quand on a une personne disparue. Il faut que quelqu'un la voie, lance-t-elle. Et moi, je considère qu'on a de la chance quand on travaille fort. »

Marylin Bergeron a été vue pour la dernière fois le 17 février 2008, dans un café de Saint-Romuald. Depuis, la police de Québec mène l'enquête. La famille a interpellé le ministère de la Sécurité publique à plusieurs reprises pour qu'il regroupe les informations sur les personnes disparues au sein d'un même site, sans succès.

« Il y a eu plusieurs gouvernements, plusieurs réunions, plusieurs recommandations faites, mais aucune action concrète de posée », déplore-t-elle.

À l'heure actuelle, les informations sont éparpillées parmi les sites web des corps policiers impliqués. Au cours de la prochaine année, Nathalie Bergeron veut colliger les informations disponibles avec son mari, afin de les rendre accessibles à la population plus facilement.

« Moi, je ne suis pas une personne qui trouve des excuses. Je vais trouver des solutions », dit celle qui occupe un poste au sein d'une importante firme informatique.

Inspirée par les Américains

Nathalie Bergeron prend pour modèle la banque de données NamUs, lancée par le département américain de la Justice en 2007. On y retrouve une foule de renseignements sur la description physique des personnes disparues, mais aussi des preuves d'ADN et des empreintes digitales.

La base de données est consultée par le public, les corps policiers et les intervenants du système de justice, notamment.

Comme il n'est pas impossible que sa sœur se trouve aux États-Unis, Nathalie Bergeron a obtenu que son nom soit inscrit au registre NamUs.

« À ma connaissance, Marylin est la première Canadienne disparue au Canada qui est dans NamUs », affirme-t-elle.

Même 8 ans après la disparition de sa soeur, Nathalie Bergeron s'accroche encore à l'espoir de la retrouver vivante.

Plus d'articles