Retour

La Ville de Québec poursuivie pour un accident survenu au Centre Vidéotron

Un résident du secteur Loretteville réclame 355 000 $ à la Ville de Québec à la suite d'un accident de véhicule tout terrain survenu à l'intérieur du Centre Vidéotron.

Le 28 mai dernier, Daniel Babin prenait part à un entraînement avec son engin lorsqu'il a fait une violente chute. L'accident est survenu en après-midi lors de la préparation de l'événement « Monster spectacular », un spectacle de camions surdimensionnés auquel prennent part des motocyclistes.

La demande de réclamation déposée en Cour supérieure ne décrit pas les circonstances de l'accident. On peut y lire que l'homme de 49 ans a subi des blessures graves après avoir été « violemment projeté contre un mur d'estrades rétractées ».

Le père de famille a souffert de fractures à une jambe, aux côtes et à un poignet notamment, en plus de subir un traumatisme crânien. Il a été hospitalisé 11 jours à la suite de l'accident.

Dans la requête dont les allégations restent à prouver, son avocat reproche à la Ville d'avoir donné accès à une construction qui comporte « une configuration déficiente pour certains types d'événement, notamment celui auquel le demandeur était présent ».

Selon la requête, le site n'était pas sécuritaire pour cet usage vu l'absence de protection, comme des matelas « pouvant absorber un choc en cas d'impact sur les estrades rétractées dont certaines pointent dangereusement en dents de scie », mentionne la requête.

Auparavant actif, Daniel Babin a dû abandonner plusieurs activités et se concentrer sur sa réhabilitation en plus de prendre une forte médication pour endurer la douleur.

« Un incident »

Mise en demeure, la Ville de Québec a déjà rejeté toute responsabilité en dirigeant l'avocat de Monsieur Babin à la Corporation de Gestion de l'Amphithéâtre de Québec.

D'ailleurs, quelques jours après l'accident, la victime a reçu une lettre d'AEG Facilities, le partenaire de Québecor qui gère les événements au Centre Vidéotron. La directrice de la programmation d'AEG Facilities y indique que l'organisation est sincèrement désolée de « l'incident », selon la poursuite.

L'avocat du demandeur indique dans sa requête être à la recherche des personnes, physiques et morales, qui seraient responsables, avec la Ville, des dommages.

Daniel Babin réclame pour lui et sa conjointe 255 000 $. L'entrepreneur en construction demande 100 000 $ supplémentaires pour les pertes de revenus de son entreprise.

Plus d'articles