Retour

La Ville de Québec se penche sur l'hébergement touristique

La Ville de Québec lance un groupe de travail sur l'hébergement touristique. L'objectif est de dresser un portrait de l'hôtellerie à Québec et de rédiger une liste de recommandations pour préserver l'authenticité des quartiers historiques et touristiques.

La popularité croissante des sites comme Airbnb qui permettent de louer une chambre ou un logement directement du propriétaire pousse la Ville à entamer une réflexion sur la question. Elle veut mieux encadrer le phénomène pour, entre autres, protéger les citoyens des quartiers centraux qui sont de plus en plus nombreux à se plaindre des inconvénients causés par la présence de touristes dans des logements privés.

Le sujet est « sur toutes les lèvres » explique la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, en parlant de ces nouveaux modèles d'hébergement touristique. Elle souligne que la Ville a le devoir de se pencher sur la problématique.

« On doit composer avec cette nouvelle réalité, on ne peut pas l'ignorer. Je pense que c'est une révolution et il faut y faire face. »

Le directeur de l'Office du tourisme de Québec (OTQ), André Roy, sera à la tête de ce comité. Il sera accompagné de sept autres personnes, notamment des représentants de l'industrie hôtelière comme Michelle Doré, d'un représentant des citoyens et d'un locateur Airbnb.

André Roy souligne pour sa part que l'OTQ et la Ville travailleront étroitement afin d'en arriver à une réglementation « juste et équitable ».

À temps pour la prochaine saison touristique

La Ville n'a pas fixé d'échéancier précis pour la remise du rapport du groupe de travail. La vice-présidente du comité exécutif explique qu'elle souhaite que le groupe ait le temps de bien faire son travail et de consulter la population.

« L'objectif ce serait qu'à la prochaine saison touristique on ait déjà des solutions qui soient mises en place pour la suite des choses », précise Julie Lemieux.

La situation est surtout préoccupante dans les quartiers centraux, souligne la conseillère municipale de Saint-Roch-Saint-Sauveur, Chantal Gilbert.

Depuis avril 2016, la Ville a reçu 162 demandes pour des résidences de tourisme pour l'arrondissement de La Cité-Limoilou, mais plus de la moitié ont été refusées. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que la majorité des logements affichés sur les sites de location n'ont pas les autorisations nécessaires.

La chef de l'opposition, Anne Guérette, estime que « le phénomène est incontournable », elle croit qu'il faudrait négocier directement avec les plateformes numériques comme Airbnb pour qu'elles soient responsables du respect du zonage.

Le conseil municipal a par ailleurs adopté lundi un moratoire interdisant toutes nouvelles résidences de tourisme sur le territoire de la ville de Québec jusqu’à nouvel ordre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine