Retour

La Ville doit « penser et agir piétons », soutient Démocratie Québec

Démocratie Québec estime que la Ville doit poser des « gestes concrets » pour améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes à Québec et cela passe par le réaménagement des zones à risque.

« On dit à la Ville et aux fonctionnaires, ceux qui sont responsables de l'aménagement des travaux publics : "[il faut] penser et agir piétons" », affirme le conseiller de l'opposition Yvon Bussières.

Les élus de l'opposition soutiennent que la Ville fait trop peu pour améliorer le sentiment de sécurité des citoyens. La présence de radars photo dans des secteurs résidentiels ou des zones scolaires, notamment, ce n'est pas suffisant, affirme pour sa part le conseiller Paul Shoiry.

« Les photo-radars semblent être la mesure principale de la Ville actuellement. Nous, on pense que les photo-radars, c'est un élément parmi un ensemble de mesures, mais pas l'élément principal. »

Démocratie Québec croit que la Ville devrait profiter des différents travaux routiers, dont l'opération massive d'asphaltage en cours, pour réaménager les secteurs problématiques.

« On fait juste dérouler de l'asphalte, sans améliorer quoi que ce soit en même temps », déplore la conseillère Anne Guérette.

Les élus de l'opposition croient qu'il faut revoir la configuration de certaines rues, rétrécir des artères, ajouter des dos d'âne ou revoir l'aménagement paysager.

Les élus de Démocratie Québec ont tenu leur point de presse rue Saint-Vallier Ouest, près du parc Durocher, où le Plan de mobilité durable du quartier Saint-Sauveur préconise un rétrécissement de la chaussée et l'ajout de mobilier urbain.

L'opposition suggère aussi que la Ville adopte une politique « zéro accident ». « Ça se fait dans d'autres villes, dans d'autres États, dans d'autres pays. On pense que la Ville de Québec doit adopter un programme similaire », dit Paul Shoiry.

Plus d'articles

Commentaires