Retour

La webdiffusion des séances du conseil réclamée à Saint-Augustin

Des citoyens de Saint-Augustin-de-Desmaures reviennent à la charge pour obtenir la diffusion des séances du conseil municipal sur Internet, malgré le refus d'une majorité des élus. Ils ont lancé une campagne sur Internet pour financer la webdiffusion de même qu'une pétition.

Au début du mois de septembre, cinq conseillers de Saint-Augustin ont rejeté le projet de webdiffusion des débats alors que le maire Sylvain Juneau avait proposé de débloquer un budget à cet effet.

Devant ce refus, le regroupement Saint-Augustin aux citoyens a lancé une campagne de sociofinancement qui a permis d'amasser 500 $ pour l'instant. L'entreprise Portneuf TV a accepté d'assurer la diffusion des dernières séances, mais l'argent recueilli ne suffit pas pour maintenir la mesure à long terme.

Les citoyens ont également lancé une pétition pour demander aux conseillers de l'opposition, majoritaires, de revenir sur leur décision.

« Nous, on dit que c'est antidémocratique de refuser la diffusion web. Ça fait plus de 10 ans que l'information est manipulée à la Ville de Saint-Augustin et ça se termine maintenant », avance une porte-parole du regroupement, Louise Bissonnette.

Louise Bissonnette avance qu'une retransmission des débats est essentielle pour assurer la transparence de l'administration municipale.

Le maire Sylvain Juneau appuie pour sa part la demande des citoyens. « Je salue l'initiative, mais je trouve ça déplorable que les citoyens aient à payer de leur poche pour quelque chose qu'ils ont déjà payé à travers leur taxe. »

Pour rejeter la demande de webdiffusion des débats, les conseillers municipaux ont évoqué le risque que certains extraits se retrouvent dans des émissions satiriques ou sur les réseaux sociaux dans le but de ridiculiser et dénigrer les élus.

Louise Bissonnette rejette cet argument. « Ils veulent se protéger eux-mêmes. Et la seule façon de recréer une image positive à Saint-Augustin, c'est de montrer à tout le monde qu'on se prend en main », analyse la citoyenne.

Plus d'articles