Retour

Labeaume défend son projet de passerelle cyclable

Le maire de Québec, Régis Labeaume, assure que la décision de construire une passerelle cyclable à la Pointe-à-Carcy a été mûrement réfléchie et promet de la bâtir à un coût de 6 millions de dollars.

Un texte de Louis Gagné

« Le principal objectif, c’est la sécurité. Si on prend une chance puis il arrive un accident quelque part, c’est nous qui serons montrés du doigt parce qu’on aura fait le choix d’une piste et juste pour ça, on va investir l’argent pour éviter les problèmes de sécurité », a déclaré M. Labeaume, mercredi après-midi, lors d’un point de presse.

Le maire et son équipe ont présenté les sept scénarios qui ont été étudiés pour améliorer la cohabitation entre les cyclistes, les piétons et les automobilistes dans le secteur de la rue Dalhousie et de la place des Canotiers.

Après avoir analysé différents tracés au sol, l’administration municipale est arrivée à la conclusion que l’option de la passerelle était la seule qui permettait de garantir la sécurité des piétons et des cyclistes tout en laissant au Port de Québec l’espace nécessaire pour la poursuite de ses manœuvres sur les quais des croisières.

400 000 croisiéristes

Le maire a rappelé que l’administration portuaire s’attendait à ce que le nombre de croisiéristes double au cours des prochaines années pour atteindre 400 000 visiteurs en 2025.

Le souci de respecter le Code international de gestion de la sécurité maritime, qui vise notamment à assurer le contrôle des passagers internationaux qui embarquent et débarquent des navires de croisières, a également joué un rôle dans la décision de construire une passerelle cyclable.

L’aménagement de la structure devrait coûter un peu plus de 5,9 millions de dollars. La Ville prévoit injecter 3,8 millions et le Port de Québec 1 million.

Régis Labeaume croit pouvoir convaincre un deuxième partenaire privé d’investir 1,1 million pour boucler le montage financier.

« On est dans l’administration. On pourra vous en parler quand ce sera réglé », a-t-il laissé tomber en réponse à une question d’une journaliste au sujet de l'identité de l'éventuel partenaire.

Le maire Labeaume croit par ailleurs que l’estimation des coûts de la Ville est loin « des évaluations un peu frivoles de 10 à 12 millions » évoquées par son ancien bras droit, Jonatan Julien, et le conseiller Jean Rousseau.

« Pas sérieux », réplique Julien

Le conseiller indépendant Jonatan Julien balaie du revers de la main les explications du maire qu’il assimile à de « l’esbroufe ».

« On nous dit que c’est la seule solution, a-t-il déploré. Ce n’est pas sérieux. »

Selon lui, il est peu probable que le chantier soit complété sous les 6 millions. Il souligne aussi que le Port de Québec supervisera les travaux qui se dérouleront sur ses terrains.

En cas de dépassement de coûts, Jonatan Julien craint de voir les contribuables de Québec écoper.

Avec les information d'Olivier Lemieux

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque