Retour

Labeaume exploite la montée de l’extrême droite, dit Québec 21

Régis Labeaume utilise la « prétendue » montée de l'extrême droite à Québec pour détourner l'attention des échecs de son mandat, accuse le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin.

Un texte de Louis Gagné

« Le maire sortant utilise un peu ça pour se faire du capital politique, pour faire de la diversion. Pendant ce temps-là, on ne parle de troisième lien, on ne parle pas de son projet de SRB, on ne parle pas de ses hausses de taxes », a déclaré M. Gosselin lundi.

Le candidat à la mairie soutient qu’il n’y a pas de montée de l’extrême droite à Québec. Il en veut pour preuve les échanges que lui et les membres de son équipe ont avec les citoyens.

« On se promène sur terrain, on fait du porte-à-porte et les gens ne nous parlent pas de ça. On parle à beaucoup de monde. Personne ne me parle de ça. Ça n'inquiète absolument personne, la montée de l'extrême droite », a martelé Jean-François Gosselin.

Improvisation

Le chef de Québec 21 a également reproché à Régis Labeaume d’avoir affirmé que la classe politique québécoise contribuait à la montée de l’extrême droite en refusant de débattre de certains « sujets tabous », tels que l'immigration et le port de symboles religieux,

« En blâmant la classe politique entière, ce n'est pas la bonne façon de faire avancer les choses. Ce n’est certainement pas la bonne façon de simplifier ni de clarifier les choses », a-t-il fait valoir.

L’aspirant maire déplore en outre l’amalgame que Régis Labeaume a fait entre les manifestants cagoulés et les femmes portant le niqab ou la burqa.

Il invite le maire à déposer un projet de règlement pour interdire les cagoules et les masques durant les manifestations. M. Gosselin ne croit toutefois pas qu’il faille interdire le port du niqab ou de la burqa dans l’espace public, comme le suggère Régis Labeaume.

« Le niqab et burqa, pour moi, ce n'est pas un problème. Personnellement, je n’en ai jamais vu, je n’en ai jamais vu dans la rue, je n’en ai jamais vu à Québec. Pour moi, ce n'est pas un problème », a affirmé le chef de Québec 21.

Plus d'articles

Commentaires