Retour

Labeaume ne veut pas être assujetti à la loi sur la neutralité religieuse

Le maire de Québec s'oppose à l'application du projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l'État dans la ville de Québec parce qu'il le juge « inexécutable ».

Dans une lettre qu’il a fait parvenir à la députée péquiste Agnès Maltais et à la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, le maire refuse « que l’on refile la patate chaude aux municipalités en leur demandant de faire respecter des règles qui s’avèrent inapplicables, puisque la Loi exige des services à visage découvert alors qu’il permet quelques lignes plus loin des accommodements pour contourner cette même interdiction ».

Régis Labeaume rejette toute forme d’exception : « aucun geste officiel et légal ne devrait être posé le visage couvert », a-t-il déclaré aux journalistes qui l’ont questionné sur le sujet.

Le port du voile intégral est selon lui une manifestation de « radicalisme ».

Nulle part dans le Coran n’exige-t-on que les femmes se voilent le visage. Cette coutume est un projet politique et je m'opposerai toujours vivement à toute forme d'extrémisme qui exige que la femme se voile pour des raisons religieuses.

extrait de la lettre de Régis Labeaume

Le maire a expliqué qu’il avait réuni tous les élus d’Équipe Labeaume avant d’écrire la lettre afin de sonder leur opinion. « Nous pensions tous la même chose », soutient-il.

La ministre de la Justice Stéphanie Vallée a dit ne pas être « tout à faire en accord avec l’interprétation donnée par M. Labeaume » du projet de loi. Selon elle, l’accommodement est un « concept pour assurer l’égalité de tous dans la société ».

Elle s’en remet à l’étude détaillée du projet de loi, article par article. « On aura les échanges en commission parlementaire ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine