Retour

Labeaume offre des emplois aux sinistrés de Fort McMurray

Le maire Régis Labeaume veut joindre les sinistrés de Fort McMurray, principalement les francophones, pour leur offrir des emplois à Québec, où plusieurs entreprises ont « besoin de monde ».

« Les Québécois qui sont là-bas, les gens du Nouveau-Brunswick, n'importe qui en fait, s'ils n'ont pas d'emploi, nous on les accueillerait à Québec avec plaisir, parce qu'on a beaucoup de postes disponibles », a affirmé Régis Labeaume juste avant de s'envoler pour New York, où il dirige une mission économique de trois jours.

Pour l'instant, le défi est de joindre les quelque 100 000 résidents qui ont quitté la région de Fort McMurray ravagée par des feux de forêt. Son cabinet travaille sur un plan d'action. « Comment on va les atteindre, c'est là-dessus qu'on travaille aujourd'hui », précise-t-il.

M. Labeaume a signalé qu'il écrira aux maires d'Edmonton et de Calgary pour leur signifier son initiative.

Régis Labeaume n'a pas ciblé d'entreprises ni de postes précis. « Il y en a en masse, allez voir sur Emploi Québec, a-t-il lancé aux journalistes. On veut leur signaler qu'à 4,5 % de chômage, ils peuvent venir travailler à Québec. »

Des profils différents

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Alain Aubut, doute toutefois que bien des travailleurs albertains aient les profils recherchés dans la région, même s'il y a 10 000 postes à pourvoir dans quelque 1000 entreprises.

À Québec, on recherche principalement des travailleurs  dans les secteurs du tourisme, des technologies de l'information, des finances et des assurances, alors qu'en Alberta, c'est l'industrie des ressources naturelles qui domine.

« Il y a peut-être des gens qui ont des spécialités qui correspondent à nos besoins, mais reste à savoir si c'est l'ensemble des gens », soulève M. Aubut.

Le maire Labeaume n'envisage pas de couvrir les frais de déménagement de futurs travailleurs, un rôle réservé plutôt aux entreprises, selon lui. « Il y a des entreprises qui vont le faire, je suis certain », s'est-il avancé.

La Ville de Québec a déjà annoncé la semaine dernière qu'elle verserait 10 000 $ à la Croix-Rouge afin de soutenir les évacués.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine