Retour

Labeaume veut un mandat fort, ses adversaires veulent du changement

À deux jours du vote, les trois principaux aspirants à la mairie de Québec ont dressé vendredi un bilan positif de leur campagne électorale. Alors que le maire sortant, Régis Labeaume, appelle à nouveau les électeurs à lui donner un mandat fort, ses adversaires ont répété que la population de Québec est mûre pour du changement.

Un texte d’Alain Rochefort

Le maire sortant est convaincu que les résidents de la ville ont été bien servis ces dernières années par son administration. Régis Labeaume réclame un mandat majoritaire sans équivoque. Il souhaite préserver le poids politique de Québec sur les scènes provincial et fédéral.

« Les Québécois ont toujours été un peu gagnants. Il faut être un peu incontournable en politique », dit celui qui en a surpris plus d’un par sa « zénitude » tout au long de la campagne.

L’avenir d’Anne Guérette

La chef de Démocratie Québec est aussi satisfaite de ses dernières semaines. Anne Guérette martèle que Québec a besoin d’un changement de cap.

Si elle est élue, elle veut rencontrer rapidement l'équipe de direction de la Ville pour lui donner de nouvelles directives. Elle veut notamment mettre fin aux projets d'anneau de glace couvert et du marché public.

Anne Guérette ne veut pas spéculer sur les résultats à venir. Pour l'instant, son objectif ultime, c'est devenir mairesse de Québec.

Refusant de parler de son avenir, elle n’a également pas voulu s’engager à siéger à titre de conseillère municipale si son colistier, Jean Rousseau, est élu dans le district de Cap-aux-Diamants.

Anne Guérette souligne par ailleurs que la campagne s'est faite sur un ton respectueux.

Gosselin : maire ou conseiller

Si le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, devait pour sa part s’avouer vaincu à la mairie, il accepterait de siéger comme conseiller municipal, advenant une victoire de sa colistière, Nancy Piuze, dans Saint-Thérèse-de-Lisieux.

D'abord et avant tout, Jean-François Gosselin convoite tout de même le poste de maire de Québec, entouré de son équipe.

« Je veux faire élire le maximum de conseilleurs municipaux et ça m’inclut là-dedans. Je veux être maire. Ça a été beaucoup de travail […] On n’a pas tout fait ce qu’on a fait là pour retourner chez nous », souligne-t-il.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Plus d'articles

Commentaires