Rares sont les commerces qui peuvent se vanter d'avoir traversé trois siècles différents. C'est pourtant le cas du magasin Laliberté à Québec, dans le quartier Saint-Roch, qui fête cette année son 150e anniversaire.

Un reportage de Maxime Corneau

La direction inaugure ces jours-ci une exposition de photographies pour retracer le riche parcours de l’entreprise.

« Les clients font le tour du magasin, et par le biais de photographies et de textes, on leur raconte 150 ans d’histoire », résume l’historien responsable du projet, Jean-Marie Lebel, qui travaille aussi à la production d’un livre.

Le magasin a été fondé en 1867 dans une autre bâtisse du quartier par Jean-Baptiste Laliberté, âgé de 24 ans à l'époque. « Au début , un petit magasin-atelier spécialisé dans la fourrure », explique l’historien.

C’est 17 ans après l’ouverture que M. Laliberté déménagea son commerce à son adresse actuelle. Le quartier Saint-Roch vivait alors son âge d'or. Il était reconnu dans toute la province pour ses grands magasins. « La rue Saint-Joseph, c’était la Sainte-Catherine de Québec », précise M. Lebel.

Les obstacles ont néanmoins été nombreux pour l’entreprise. L’historien souligne notamment la compétition féroce des commerces voisins comme Le Syndicat et le magasin Paquet, la grande crise économique de 1929, le déclin du quartier dans les années 80 et l’incendie de 1987.

« L’histoire du magasin Laliberté, c’est une histoire de résilience et de passion pour passer à travers tout ce qu’ils ont traversé », résume-t-il.

La faillite évitée

En 1940, le magasin tente de devenir une grande surface en vendant sur plusieurs étages des meubles de même que des articles ménagers. En 1950, le magasin évite de justesse la fermeture en se concentrant seulement sur la vente de vêtements, ce qui est toujours le cas aujourd’hui.

Les étages supérieurs de la bâtisse de la rue Saint-Joseph, anciennement des ateliers de fourrures qui employaient plus de 200 personnes, sont maintenant convertis en 51 lofts. Laliberté a toujours un atelier de fabrication de vêtement et d’ours en fourrure.

Depuis 1867, trois générations de Laliberté et trois générations de Morisset ont été à la tête de l’entreprise. La famille Morisset est toujours propriétaire et a su profiter de la revitalisation du quartier dans les années 2000.

Jean-Marie Lebel animera le samedi 3 juin une visite commentée de l’exposition sur l’histoire du magasin. L’exposition sera en place jusqu’à la fin de l’année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine