Retour

Le Barreau du Québec reproche à la bâtonnière de véhiculer des faussetés

Le Barreau du Québec estime que la poursuite déposée hier par la bâtonnière, Lu Chan Khuong, pour demander l'annulation de sa suspension est remplie de faits erronés, de faussetés et d'éléments tendancieux. L'ordre professionnel lui reproche aussi son ton de confrontation.

Dans sa réplique ce matin, le Barreau affirme que Mme Khuong mène un combat sur la place publique qui nuit « à la sérénité des débats » tout en contrevenant au rôle d'un officier de justice.

Le vice-président du Barreau du Québec, Me Louis-François Asselin, ajoute que sa démarche discrédite l'institution qu'elle représente et mine la confiance du public.

« C'est évident que lorsqu'on tente par toutes sortes de moyens détournés et avec des allégations aussi farfelues qu'un complot, on ne peut consentir à ça. Nous on considère clairement que ça porte atteinte à l'institution d'une façon directe », dit-il

Le Barreau du Québec blâme aussi Lu Chan Khuong pour avoir véhiculé des renseignements personnels sur certains membres du conseil d'administration. L'institution nie fermement que ses administrateurs ou ses dirigeants soient à l'origine des fuites concernant la déjudiciarisation dont a profité la bâtonnière pour une affaire de vol à l'étalage, en 2014.

Suspension contestée

Mme Khuong est suspendue de sa fonction depuis le 1er juillet dernier en lien avec cette affaire. L'avocate de Québec soutient avoir été victime d'une simple distraction dans un magasin de Laval et s'est prévalue du Programme de traitement non judiciaire des infractions criminelles, si bien qu'aucune accusation n'a été portée.

Cette information n'a pas été divulguée au Barreau lorsque l'avocate a été élue à la tête de l'ordre professionnel en mai dernier. Mme Chan Khuong conteste sa suspension et a déposé une requête alléguant que les administrateurs de l'institution ont agi de mauvaise foi en demandant sa destitution.

La bâtonnière réclame l'annulation de la décision et souhaite être réintégrée dans ses fonctions en attendant les procédures devant les tribunaux.

Le Comité de gouvernance et d'éthique du Barreau doit rendre son rapport sous peu. « Ce n'est pas une guerre contre Me Khuong, mais plutôt une obligation des membres du C. A. de s'assurer de protéger notre institution », précise Me Louis-François Asselin.

Le Barreau mentionne qu'il entend se défendre en Cour supérieure et faire valoir tous ses droits.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine