Retour

Le Carnaval largue les duchesses et le défilé en Basse-Ville

Daniel Gélinas n'aura pas mis de temps à laisser sa marque sur le Carnaval de Québec. Six mois à peine après avoir été nommé consultant auprès de la fête hivernale, l'ex-président du Festival d'été annonce la fin des duchesses et du défilé en Basse-Ville. Le concours de sculptures sur neige et la bougie promotionnelle passent également à la trappe.

Un texte de Louis Gagné

Daniel Gélinas a présenté mercredi sa très attendue « vision » du Carnaval, un plan de match élaboré à partir d’une analyse en profondeur amorcée au lendemain de sa nomination, en novembre dernier.

L’expert en organisation d’événements a expliqué qu’il souhaitait consacrer son énergie sur les « grands événements » tels que la course de canot sur glace et les défilés.

« Ce que l’organisation devra faire dans les prochaines années, c’est de concentrer son argent, ses énergies, sa créativité sur les produits qui ont une valeur commerciale très élevée et qui vont être de calibre international », a-t-il précisé.

La fin des duchesses

C’est cette volonté de se concentrer les efforts du Carnaval « là où ça frappe, là où ça marque », qui a sonné le glas des duchesses.

« On en est venu à la conclusion qu’il n’y avait pas de rendement par rapport à cette activité-là, donc elle est laissée de côté », a mentionné Daniel Gélinas.

Après avoir effectué un retour en 2014 dans le cadre du 60e Carnaval, les duchesses sont donc abandonnées pour une deuxième fois.

La bougie promotionnelle, autre élément emblématique du Carnaval, est également laissée de côté au profit de l’effigie de Bonhomme. La fête hivernale entend ainsi « fusionner ses forces de vente ».

2 défilés en Haute-Ville

Même si les défilés font partie des « intouchables », tout comme Bonhomme et son palais de glace, le défilé de la Basse-Ville ne sera pas de retour. Daniel Gélinas justifie ce choix par des impératifs d’ordre technique et organisationnel.

Il a mentionné que les défilés seraient dorénavant axés autour de six ou sept tableaux d’envergure qui seront commandés à la communauté artistique de Québec et auxquels viendront se greffer les chars allégoriques existants.

Selon le consultant, la configuration des rues de l’arrondissement de Charlesbourg ne permettait pas d’y maintenir cette activité phare du Carnaval. Par conséquent, les deux défilés auront lieu en Haute-Ville. Le tracé du trajet sera raccourci et se concentrera sur la Grande Allée.

Moins long, mais plus intense

Afin de l’intensité de la fête hivernale et l’intérêt de la population, le Carnaval se tiendra à l’avenir sur une période de 10 jours au lieu de 17.

« Tenir un événement sur 17 jours, c’est très lourd et c’est très long, a indiqué Daniel Gélinas. Donc, on réduit à 10 jours, soit deux weekends et la semaine, et on souhaite pouvoir rentrer assez de stock là-dedans pour que ça soit intense pendant 10 jours. »

Parmi les autres changements annoncés mercredi, les sculptures sur neige seront intégrées à l’environnement architectural du palais de Bonhomme Carnaval et ne feront plus l’objet d’un concours.

Le Carnaval met également fin au site de la famille qui était situé sur les plaines d’Abraham. L’organisation dit vouloir décentraliser la programmation familiale vers les activités situées en périphérie et organisées en partenariat avec des partenaires de la fête hivernale.

Plus d'articles