Retour

Le Cégep de Thetford rompt ses liens avec l'Académie de basketball

Le Cégep de Thetford est devenu en trois ans une référence dans le développement des jeunes joueurs de basketball du Québec et d'ailleurs. Mais voilà que les ponts sont coupés entre l'établissement et l'Académie de basketball de Thetford. La direction a décidé de mettre un terme à son association avec le programme d'excellence sportive et son directeur, Igor Rwigema.

Un texte de Jean-Philippe Martin

La décision est tombée à la fin de la dernière saison. Les demandes budgétaires des responsables de l'académie pour la gestion du programme et de ses équipes augmentaient sans cesse et dépassaient la capacité de payer de l'institution, explique Robert Rousseau, directeur général du Cégep de Thetford.

« Les coûts liés au programme, entre le moment où on a accueilli l'académie et jusqu'à l'an dernier, avaient plus que doublé. Pour nous, c'est un élément qui a été fondamental dans notre décision », affirme M. Rousseau.

Le cégep continue toutefois de soutenir l'équipe collégiale qui évolue dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) jusqu'à la fin de la présente saison. L'an prochain, l'établissement scolaire prendra les rênes de l'équipe avec un nouveau personnel en place.

Se recentrer sur sa mission

L'Académie de basketball de Thetford Mines est surtout reconnue pour son équipe Gold. Cette dernière regroupe quelques-uns des meilleurs athlètes du Québec et même de la France. Elle dispute la majorité de ses rencontres aux États-Unis.

Christopher Boucher et Tidjan Keita, deux anciens joueurs de la formation, ont même réussi à décrocher un contrat avec une équipe de la NBA.

Même si le succès du programme est indéniable et offre au cégep ainsi qu'à la région une visibilité hors du commun, Robert Rousseau estime que le cégep devait se recentrer sur sa mission.

Robert Rousseau rappelle que le programme de basketball s'était implanté à Thetford Mines alors que le cégep cherchait des solutions pour attirer une nouvelle clientèle étudiante. À ce chapitre, l'académie n'a jamais atteint les cibles qu'elle s'était fixées.

« On espérait attirer 45 étudiants, mais on n'a jamais réussi à atteindre cette clientèle-là. Au contraire, pour la prochaine année, on nous annonçait entre 27 et 30 étudiants maximum malgré une augmentation des demandes budgétaires. Nous, on ne pouvait plus suivre », affirme le directeur général.

Une décision surprenante

Igor Rwigema était convaincu que son académie était à Thetford Mines pour y rester. Il comprend mal la décision de rompre les liens avec l'organisation qu'il a fondée au Cégep d'Alma en 2012, avant de déménager dans la région de l'Amiante en 2014.

L'entraîneur ne considère pas l'Académie de basketball comme un projet si onéreux. Il dit avoir déposé une proposition de budget évaluée à 140 000 $ pour l'année 2017-2018.

« C'est sûr que la charge la plus grande est le salaire des entraîneurs et les déplacements de l'équipe Gold, mais je pense que c'est quand même faisable, selon moi. Nous avions prévu deux déplacements par mois. C'était idéal pour la réussite académique de nos gars et pour avoir un budget qui était raisonnable. »

Pour l'instant, sa priorité est de réunir le financement nécessaire pour clore l'année en cours. Il dit avoir trouvé une façon pour que les jeunes ne soient pas touchés par la transition.

« Les joueurs ont bien réagi et restent concentrés sur le travail. On a moins de temps, explique Igor Rwigema. Mais, on fait avec ce qu'on a en ce moment. On a un peu bricolé pour s'assurer que tout le monde puisse bénéficier d'un entraînement par jour. »

La suite

Malgré tout, il n'est pas inquiet pour la survie de son académie. Il discute actuellement avec d'autres établissements d'enseignement pour y implanter son programme.

« Il y a des portes qui vont s'ouvrir. Je suis confiant. Je me dis qu'il n'y a rien qui est impossible. Je regarde l'histoire de nos gars, Chris et Tidjan. Ce sont des histoires un peu impossibles. Je sais qu'il y a une solution positive à cette situation. Je suis sûr qu'il va y avoir un dénouement positif dans tout ça. »

De son côté, la direction du Cégep de Thetford recherche activement du personnel pour diriger sa propre équipe de division II l'an prochain. Elle compte même ajouter à son offre une équipe de basketball féminin.

« C'est une chose qu'on avait discuté avec les dirigeants de l'académie, mais qu'ils ne souhaitaient pas réaliser. Nous, on croit à l'importance d'avoir du sport masculin et du sport féminin. On y tient », conclut Robert Rousseau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine