Il aura fallu plus de sept heures de lutte acharnée aux pompiers pour maîtriser l'incendie qui a détruit le Centre Jardin Hamel à L'Ancienne-Lorette. L'immense édifice situé au 6029 boulevard Hamel est une perte totale.

Le feu a pris naissance vers 4 h 30 dans le bâtiment principal du magasin spécialisé en horticulture avant de se propager aux serres et à l'ensemble des installations.

C'est le chef d'un restaurant voisin, Luc Plamondon, qui a donné l'alerte. « C'était des grosses flammes concentrées sur la première serre sur le côté. Ça s'est propagé à une vitesse épouvantable », témoigne-t-il.

Devant l'intensité du brasier et la superficie du bâtiment de plus de 36 550 mètres carrés, les pompiers ont dû utiliser des canons avec un débit d'eau plus important. Plus de quatre heures après le début du brasier, la structure d'acier supportant la toiture s'est écroulée sous l'effet de la chaleur.

Une pelle mécanique a été utilisée pour déplacer les tonnes de débris alors que le feu faisait toujours rage dans le sous-sol du bâtiment.

Une soixantaine de pompiers ont combattu les flammes. Le boulevard Hamel a été fermé à la circulation dans les deux directions pendant toute la matinée.

Une institution en horticulture

Le Centre Jardin Hamel, qui est une véritable institution à Québec, accueillait les événements Papillons en fête et Éducazoo. Seulement 4 des 140 animaux de cette dernière activité ont été sauvés des flammes.

Une employée, Lynn Smith est arrivée sur place en catastrophe en apprenant que le centre jardin fondé en 1969 était la proie des flammes.

« C'est une vie, c'est une légende Hamel. Il y a une moyenne d'employés qui sont là depuis environ 20 ans, 25 ans. On fait de tout ici, là c'était l'exposition des papillons. C'était grandiose. C'est une grosse perte », témoigne-t-elle avec émotion.

Un des copropriétaires du commerce depuis 2012, Jean-Paul Daoust a déjà affirmé sa volonté de reconstruire d'ici le mois de mai. La production battait son plein dans les serres en prévisions du printemps.

« C'est sûr que c'est un choc. Jardin Hamel c'est quand même une institution à Québec, un des pionniers. C'est sûr qu'on a l'intention de reconstruire. »

Le bâtiment était évalué à lui seul à 2,8 millions de dollars. Jean-Paul Daoust n'est pas en mesure d'estimer les pertes totales en incluant la production en serre.

Le fondateur surpris

Le fondateur de l'entreprise, Gaétan Hamel, a vendu son centre de jardin il y a 11 ans, jour pour jour. Il séjournait en Floride lorsqu'il a appris la nouvelle.

« Il y a plusieurs employés que j'ai formé dans le temps qui sont toujours là. C'est pour eux autres que je trouve que c'est triste », soutient M. Hamel.

L'entrepreneur à la retraite s'explique mal un incendie aussi important. « Normalement, il n'y a pas beaucoup de serres qui passent au feu parce que ce sont des espaces libres avec un toit de polythène. Il n'y a pas beaucoup de choses qui peuvent brûler. Mais là, curieusement cette année, il y en a trois. »

Les Serres Fortier et les Serres Lizotte de Lévis ont été ravagées par les flammes en janvier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine