La frénésie annuelle du crabe est commencée à Québec. En quelques heures, les premiers arrivages ont presque tous trouvé preneur.

Un texte de Maxime Corneau

« Les pêcheurs ne fournissent pas », lance Myriam Dubois, derrière son comptoir du Marché du Vieux-Port. La jeune femme a reçu 6000 livres de crabes vendredi matin, pêchées par son père en Gaspésie.

Si les clients font la file, le téléphone aussi ne dérougit pas. Myriam constate que ses compétiteurs n'ont pas tous reçu leur cargaison. « Le monde appelle, ils veulent du crabe, il y a juste nous autres qui en a. Tant mieux! », dit-elle en riant.

Jonathan Leblanc et son ami Louis sont du nombre des clients qui espèrent avoir quelques pattes pour le souper de ce soir. Lorsqu'on leur demande ce qu'ils préfèrent du crabe, la réponse ne se fait pas attendre. « On ne sait pas pourquoi on est là! C'est nos blondes qui nous ont dit de venir chercher ça », dit Louis à la blague.

Jean-Claude Larrivée lui a fait la route depuis Victoriaville, une sorte de pèlerinage annuel qu'il a décidé de faire malgré la tempête. « À Victo il n'y a pas de bateau alors on appelle ailleurs pour voir s'ils en ont. »

Salée « comme l'eau de la mer! »

Dehors, on distingue à peine Normand Méthot à travers la vapeur qui sort d'une remorque installée pour l'événement. L'ancien pêcheur de homard aide son amie Myriam chaque année en cuisant des milliers de crabes.

Selon Normand, impossible de se tromper en cuisine lors de la cuisson. « Ce n'est pas compliqué. C'est 18 minutes dans l'eau bouillante salée! Comme l'eau de la mer! »

Si vous souhaitez trouver du crabe pour le congé pascal soyez rapides. À 14h00, les 128 caisses de crabes de Myriam étaient presque toutes vendues. Heureusement pour les amateurs, d'autres crustacés seront dans les comptoirs du Marché du Vieux-Port dès demain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine