Retour

Le décès d'un motoneigiste près de l'Étape était accidentel, conclut le coroner

La mort d'un touriste américain en motoneige le 2 mars 2016, dans un sentier près de l'Étape dans la réserve faunique des Laurentides, est accidentelle. Le coroner Jean E. Brochu conclut que la victime, Glenn-A Dumont, 70 ans est décédée d'un polytraumatisme à la suite de la collision avec un autre motoneigiste.

L'impact est survenu dans une courbe raide, au-dessus d'une butte. Selon le coroner, chacun des motoneigistes n'a pas eu le temps de voir venir l'autre et de l'éviter. Selon des témoins, les corps des deux hommes ont été projetés dans les airs et se sont heurtés avant de retomber sur le sol.

« Les enquêteurs ont éliminé tout élément de négligence ou de conduite dangereuse des deux conducteurs », écrit le Dr Jean E. Brochu, dans son rapport. Une analyse toxicologique n'a détecté aucune trace d'alcool, de médicament ou de drogue dans le sang de Glenn-A. Dumont.

L'accident est survenu à 11 h 35. Même si un ami de la victime s'est rendu dans un dépanneur demander des secours, ce n'est que deux heures plus tard que le motoneigiste blessé a été placé dans une ambulance.

Des ambulanciers étaient à proximité, mais ils disaient ne pas avoir l'autorisation de se rendre dans le sentier de motoneige à 3 kilomètres en forêt, et ce même si des motoneigistes offraient de les transporter.

C'est un patrouilleur de la Sûreté du Québec qui s'est rendu sur place le premier, vers 13 h 15, prêter assistance pour les manoeuvres de réanimation.

« En raison de l'éloignement du site d'accident et du temps nécessaire pour l'amener à l'ambulance, M. Dumont ne présentait plus de signes vitaux depuis un bon moment quand les ambulanciers ont pu l'évacuer vers un centre hospitalier », indique le coroner, qui rappelle que l'événement est survenu une journée de tempête de neige.

La victime est arrivée en ambulance à Québec à l'hôpital Saint-François d'Assise peu après 15 h, soit 3 h 30 après la collision. Son décès a finalement été constaté à 16 h 50.

Le rapport du coroner Jean E. Brochu ne contient aucune recommandation.

Plus d'articles