Retour

Le dossier de l'eau potable à Sainte-Anne-de-Beaupré s'envenime

Sainte-Anne-de-Beaupré se met à dos le ministère des Affaires municipales et sa voisine, Beaupré, dans le dossier de l'eau potable. Le ministre Pierre Moreau est « estomaqué » par l'injonction déposée par la municipalité en lien avec son projet de construction d'une usine. Beaupré, de son côté, ferme la porte à toutes discussions sur un possible raccordement à son réseau.

La municipalité de Sainte-Anne-de-Beaupré a déposé une injonction contre le ministère des Affaires municipales pour garantir l'octroi d'une subvention de 9 millions de dollars, promise sous le gouvernement Marois, afin de construire une usine d'eau potable. Le ministère privilégie maintenant le raccordement à l'usine de Beaupré.

Le ministre Pierre Moreau soutient que plusieurs rencontres ont eu lieu récemment avec le maire, Jean-Luc Fortin, pour étudier cette solution « plus rapide et plus économique » et que les discussions ne laissaient pas présager un tel revirement.

Selon Pierre Moreau, les citoyens seront les grands perdants dans cette démarche.

« Je ne sais pas sur quelle planète il est, mais il faudrait qu'il revienne sur la planète Saint-Anne-de-Beaupré et s'assurer que sur cette planète-là , les citoyens aient accès à de l'eau potable rapidement, et au meilleur coût possible », lance le ministre à propos du maire.

Jean-Luc Fortin affirme qu'il n'est pas opposé à l'idée d'un raccordement, à condition que le ministère des Affaires municipales paie les coûts des études nécessaires afin d'évaluer les deux options. Il souhaite aussi obtenir une garantie que la subvention accordée demeure disponible.

Le maire soutient que le ministère ne garantit pas d'aide financière ou de remboursement des dépenses encourues jusqu'ici. Pierre Moreau affirme au contraire qu'il y avait « un accompagnement financier, comme dans tous les travaux d'infrastructures ».

Beaupré furieuse

Avec sa requête, Sainte-Anne-de-Beaupré brouille aussi ses relations avec sa voisine.

La Ville de Beaupré était prête à défrayer les coûts de l'installation des conduites d'aqueduc majeures pour que Sainte-Anne-de-Beaupré puisse utiliser son réseau. Des travaux qui lui auraient fait économiser 450 000 $.

« Ça vient mettre une fin à l'intention de la Ville de Beaupré de procéder au surdimensionnement des tuyaux dans les travaux d'infrastructures que l'on va faire dans les prochaines semaines, et qui auraient permis à Sainte-Anne-de-Beaupré de se raccorder », tranche le maire de Beaupré, Michel Paré.

Il met un terme à toute collaboration avec son voisin à ce sujet. « Beaupré ne travaillera plus dans ce dossier-là tant et aussi longtemps que M. Fortin sera maire de Sainte-Anne-de-Beaupré », affirme M. Paré.

Plus d'articles

Commentaires