Après un arrêt en 2015 et une édition plus modeste l'an dernier, le Festival international de jazz de Québec (FIJQ) semble avoir retrouvé une certaine santé financière et artistique. Les déboires financiers et difficultés rencontrées au fil des ans n'ont pas eu raison de la détermination du président Gino Ste-Marie.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Une nouvelle structure de production a été établie pour permettre à l'événement de se redresser financièrement.

Gino Ste-Marie explique que les risques financiers encourus sont désormais partagés. Les lieux qui accueillent les spectacles rémunèrent les musiciens et des frais d'administration sont versés à l'organisation du festival. L'événement ne reçoit aucune subvention du secteur public.

C'est une cinquantaine d'artistes et musiciens jazz qui se produiront à Québec du 12 au 22 octobre. Parmi ceux-ci des habitués comme le crooner Colin Hunter et le Trio CBC.

La chanteuse américaine Nancy Harms présentera aussi son nouvel album intitulé Ellington at night en concert d'ouverture, au Petit Champlain.

Jazz des Amériques en clôture de festival

La dernière soirée du Festival international de jazz de Québec se déroulera sous le signe du partage puisque le concert, consacré au Jazz des Amériques, sera un spectacle-bénéfice au profit des sinistrés de l’ouragan Irma.

On pourra y entendre des musiciens originaires d'Haïti, de Cuba et du Brésil comme Wesli, le Thiago Ferté quartet et l'Ensemble Afrovibes.

Le festival offrira également aux amateurs du genre un circuit jazz qui s'arrêtera dans une vingtaine de lieux intimes comme le Barolo à Sainte-Foy, La taverne Chez Louise, le théâtre Petit-Champlain ou encore le Clarendon.

Le 11e Festival international de jazz de Québec promet donc d'être diversifié, de qualité et accessible.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine