Retour

Le Festival en chanson de Petite-Vallée fait un arrêt à Québec

Depuis deux ans, le Festival en chanson de Petite-Vallée offre la formation Destination Chanson Fleuve à huit de ses participants. Ces jeunes auteurs-compositeurs-interprètes de la relève s'arrêtent cette semaine à Québec.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Destination Chanson-Fleuve nous permet de faire des spectacles ensemble, explique Amélie Landry qui participe à la formation.

On fait des ateliers d'écriture et d'interprétation, on travaille les arrangements. C'est un mois de formation en quatre lieux soit Montréal, Québec, Tadoussac et Petite-Vallée, ajoute la jeune auteure-compositrice-interprète.

Les jeunes artistes sont arrivés à Québec le 11 juin et y demeureront jusqu'au 21 afin de peaufiner leurs chansons.

Pour l'instant, ils ont travaillé l'écriture avec Benoit Binette alias Tire Le Coyote et terminent deux jours en studio au LARC, le Laboratoire audionumérique de recherche et de création de l'Université Laval, où ils ont eu la chance d'être guidés par le pianiste et directeur musical Jean-Sébastien Fournier.

Mon travail ressemble à celui d'un réalisateur, explique le directeur musical. Je dois prendre connaissance de ce qui se passe et trouver des chemins pour concrétiser la vision de l'artiste.

Les participants de Petite-Vallée , que l'on surnomme aussi chansonneurs, sont également soutenus par quatre musiciens de la faculté de musique.

Travailler sa chanson

Chaque auteur-compositeur-interprète a sélectionné une de ses compositions et l'a soumise au groupe en studio afin de trouver les arrangements qui pourraient la mettre en valeur.

Au moment de notre visite au LARC, le participant qui travaillait sa composition était Pierre-Hervey Goulet.

Aujourd'hui, j'enregistre Mélancolie, une vieille chanson que je n'ai jamais réussi à coucher sur un disque. J'ai eu beau fouiller, je n'ai jamais fini par trouver des arrangements qui me convenaient, raconte le chanteur. On va voir cet après-midi si on peut faire fleurir de belles idées.

L'ambiance était bon enfant jeudi dans le studio de l'Université Laval. Tous les participants semblaient heureux d'être là, attentifs aux autres, prêts à donner un coup de main ou même à chanter les refrains si nécessaire.

Ambiance qu'ils transporteront sans doute sur scène le 16 juin lors de l'ouverture du SPOT, la Sympathique place ouverte à tous, dans le quartier Limoilou.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces