Retour

Le G7 à La Malbaie : les écoles jouent de prudence

Le compte à rebours est commencé à La Malbaie avec l'organisation du Sommet du G7 prévu les 8 et 9 juin. Même le calendrier scolaire sera quelque peu chamboulé puisque l'événement coïncide avec la fin de l'année.

Un texte de Cathy Senay

« On a convenu comme élus scolaires de ne pas s’engager dans des risques qu’on peut éviter », explique au bout du fil Pierre Girard, le président de la Commission scolaire de Charlevoix.

Les écoles primaires Marguerite-d’Youville et Félix-Antoine-Savard ainsi que l’école secondaire du Plateau se trouvent en plein cœur de la municipalité de La Malbaie, mais à l’extérieur des zones de sécurité.

Malgré tout, elles seront fermées le 8 juin. Une journée pédagogique a été déplacée dans le calendrier. Elles fermeront également leurs portes le jeudi 7.

« Je vous dirais par contre que celle du 7 juin, on a une recommandation assez forte de fermer nos écoles pour des raisons éventuelles de sécurité si jamais il y avait des imprévus lors de ces deux journées-là », précise M. Girard.

Une solution devra toutefois être trouvée pour la reprise des tests provinciaux manqués en raison du Sommet.

Le transport scolaire devra aussi être réorganisé. Des trajets seront modifiés. Les chauffeurs devront être accrédités afin de pénétrer dans la zone verte de circulation restreinte et gérée par la Sûreté du Québec, ajoute M. Girard.

Une source d’apprentissage

Malgré les chambardements, tout a été pensé pour que les élèves retirent le maximum de cette rencontre des dirigeants des pays les plus riches du monde, assure Pierre Girard. Au début du mois de juin, les projecteurs seront tournés vers la petite municipalité de La Malbaie.

Pour les élèves du primaire, il y aura des concours de dessin d’un paysage dans Charlevoix ou encore d’une recette valorisant le terroir. Au secondaire, les élèves vont pouvoir concevoir une capsule sur l'un des thèmes du G7. Puis les finissants vont tenir une simulation du Sommet du G7 à la mi-mai.

Le Centre d’études collégiales en Charlevoix, à La Malbaie, est situé tout près de la zone verte. La plupart des cours seront terminés lorsque le Sommet du G7 s’ouvrira. L’événement a toutefois été abordé lors d'une séance d'information jeudi après-midi dans le cadre d’un cours sur les politiques internationales.

Jessica Crossan enseigne justement un cours sur l’altermondialisation depuis 10 ans au Centre d'études collégiales. Elle a également profité de la tenue de cet événement dans cette municipalité pour bien camper le sujet.

Elle revient notamment sur les grands sommets, dont ceux de Seattle, en 1999, et de Québec, en 2001. Lorsque Jessica Crossan a enseigné son cours l’automne dernier, elle a bien senti que la proximité du G7 avait changé la perspective de ses étudiants.

Ils vont prendre conscience de leur rôle en tant que citoyens, selon cette enseignante au collégial. Ils vont peut-être voir les manifestants différemment: « On va réduire beaucoup la parole des citoyens à des gestes violents. Alors qu’on se rend compte, quand on va plus loin, de la complexité de tout ça. Il y a des gestes politiques. Il y a des citoyens qui ont quelque chose à dire. »

Des pompiers en renfort

Le maire de La Malbaie, Michel Couturier, a pour sa part confirmé avoir réclamé des pompiers supplémentaires lors du Sommet du G7.

« Évidemment, dans le cadre d’un événement comme ça, on a des besoins qui sont un peu spéciaux. »

La municipalité compte une trentaine de pompiers volontaires, donc des pompiers à temps partiel. Pour des raisons de sécurité, le maire Couturier ne s’avance pas sur le nombre de pompiers qui seront mobilisés.

À ce titre, des ententes ont été négociées pour que des pompiers provenant d’autres municipalités puissent venir prêter main-forte à leurs collègues de La Malbaie.

Plus d'articles