Retour

Le jeune pilote Raphaël Lessard savoure sa victoire en stock-car

Les heures ont passé. La vie a repris son cours normal à la maison, à Saint-Joseph-de-Beauce. Mais, Raphaël Lessard ne peut s'empêcher de revivre les émotions du week-end. 

Un texte de Jean-Philippe Martin

« Je suis un peu sur un high en ce moment. D'avoir connu ma première victoire en Super Late, c'est le fun! C'est un rêve que j'avais depuis longtemps. »

Lorsqu'il dit « depuis longtemps », tout cela est bien relatif. Après tout, Raphaël n'a que 14 ans. N'empêche, le jeune Beauceron a grandi dans le monde de l'automobile.

Son père François a été pilote. Raphaël a participé à sa première course automobile en 2013, devenant le plus jeune conducteur de l'histoire à prendre part à la série Québec Sportsman.

Le week-end dernier, au Hickory Motor Speedway, en Caroline du Nord, Raphaël Lessard a franchi une autre grande étape dans sa jeune et prometteuse carrière de pilote automobile. Il a signé sa toute première victoire dans la série CARS Super Late Model Tour.

« Au début de la course, je ne sentais pas que ma voiture était assez compétitive, mais l'auto s'améliorait de tour en tour. J'allais toujours de plus en plus vite et vers la fin de l'épreuve, je dépassais plusieurs voitures. Et lorsque je suis passé devant, c'était vraiment le fun », raconte le jeune pilote de l'équipe David Gilland Racing, tout sourire.

Cette victoire lui confère le premier rang au classement de sa classe après trois épreuves. Jamais le jeune homme n'aurait cru, il y a quelques mois, qu'il serait en mesure de s'offrir cette position enviable.

Un exploit souligné

Lundi matin, Raphael était de retour en classe, après plus de 15 heures de route entre la Caroline du Nord et la Beauce. Ses camarades de classe et ses professeurs l'ont félicité pour son exploit.

Même s'il a confirmé qu'il mérite sa place au palmarès des espoirs les plus prometteurs pour faire le saut en NASCAR, l'adolescent n'a pas l'intention de placer la barre trop haut pour le moment.

« On y va course par course. Des fois, il y aura des bas. Il faudra gérer le succès le mieux possible. Cette fois-ci, j'ai gagné et je pourrais penser tout de suite à aligner les victoires. J'aime mieux viser un top 5. Si la victoire revient, je ne serai que plus heureux encore », résume Raphaël.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine