Retour

Le joggling à l'honneur dans les rues de Limoilou

Une cinquantaine de joggleurs du Canada, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande et du Japon ont participé samedi en plein coeur de Limoilou au Championnat mondial de joggling, qui se déroulait dans le cadre 68e Festival international de la jonglerie.

Le joggling combine le jogging et la jonglerie à trois, cinq ou sept balles. En compétition, les distances varient de 100 mètres à 5000 mètres.

Il s'agit d'une discipline qui exige un haut niveau de concentration et une certaine technique, explique Gabrielle Foran, championne du monde en joggling aux 400, 600, 800 et 1600 mètres.

« Quand je fais de la jonglerie, j'ai besoin de me concentrer où sont les balles. J'ai besoin de les voir un peu. Je n'ai pas besoin de les regarder tout le temps, mais j'ai besoin d'avoir une idée où elles sont », affirme-t-elle.

Le son de cloche est le même du côté de Jean-Guy Beaudry, amuseur public et joggleur originaire de l'Outaouais.

« Quand j'ai fait le 1,6 km, j'avais une certaine technique [...] tandis que pour le 100 m et le 400 m, la jonglerie, ça se passait vraiment près du corps, puis je courais très, très rapidement », explique-t-il.

Michael Bergeron, un joggleur de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, a récemment eu la piqûre. C'est un ami qui lui a lancé le défi du joggling. « C'est vraiment intéressant! Tu vas courir, tu as l'attention du public qui te regarde. Ça donne un sourire dans la face du monde », dit-il, un peu amusé.

Michael Bergeron, qui a récolté trois médailles d'or, s'est fixé un défi de taille pour les prochains mois : s'entraîner afin de participer au prochain marathon de Boston.

« J'ai l'intention de faire le marathon de Boston en jonglant cette année et j'espère être le premier jongleur à finir la course », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires