Retour

Le maire Labeaume compare les radios privées à un « prisme déformant »

Le maire de Québec croit que des radios privées contribuent à propager une fausse image des gens de Québec en ce qui concerne le racisme et l'islamophobie.

À quelques jours des commémorations de l'attentat à la grande mosquée, le maire de Québec croit que la lutte contre le racisme et la xénophobie doit se poursuivre à Québec, mais il refuse de croire que la situation dans la capitale est pire qu'ailleurs.

Selon lui, certains médias déforment la réalité.

« Le problème, c’est qu’on a un environnement sonore, quelques radios qui porteraient notre message et ce que nous on pense, nous on appelle ça un prisme déformant. »

Le maire qui participait à un point de presse ce matin sur les commémorations du 29 janvier espère que la tenue des commémorations contribuera à favoriser le vivre ensemble.

Pas de Journée contre l’islamophobie

Par ailleurs, en ce qui concerne l’instauration d’une journée contre l’islamophobie demandée par le Conseil des musulmans du Canada, le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benhabdallah, se rallie à la position du maire de Québec.

Il souhaite reporter la réflexion sur le sujet. M. Benhabdallah pense qu’à l’occasion du premier anniversaire de l’attentat à la grande mosquée de Québec, l’attention doit être d’abord portée sur les victimes.

« Je pense qu’on est dans un moment très particulier, un moment où d’abord on va penser à ces familles qui sont encore endeuillées, on va s’astreindre à ça et c’est déjà un immense travail à faire. »

Le maire de Québec avait qualifié de « mauvaise bonne idée » la demande de faire de l’anniversaire de la tuerie une journée nationale contre l’islamophobie. Le maire arguait que le débat occulterait le devoir de mémoire envers les victimes de la tuerie.

Plus d'articles