Retour

Le massothérapeute Nadim Haj Hattab reste en prison

Le massothérapeute reconnu coupable d'agression sexuelle sur des clientes va demeurer derrière les barreaux jusqu'à la fin des procédures.

Nadim Haj Hattab, qui s'est emporté en pleine salle de cour la semaine dernière lors du prononcé du verdict, n'a pas convaincu le juge de le remettre en liberté.

« Monsieur n'a aucun respect de l'autorité », a tranché le juge Pierre Rousseau.

La poursuite a déposé en preuve la bande audio du verdict dans laquelle on entend l'accusé se débattre avec les constables spéciaux.

Le ministère public a fait de même avec les images tournées par des journalistes qui ont été attaqués par Haj Hattab à l'ouverture de son procès en février.

« Ce n'est pas le genre de choses qu'on aime voir et entendre dans un palais de justice », a souligné le juge Rousseau.

Pendant que le magistrat annonçait sa décision, Nadim Haj Hattab est demeuré bien calme au banc des accusés.

Il y avait trois constables spéciaux dans la salle alors qu'il y en a habituellement un seul.

D'ailleurs, le juge Rousseau commenté les événements de la semaine dernière de cette façon : « Dire qu'il y a quelque temps, les autorités politiques ont songé à enlever les constables dans les salles d'audience ».

L'avocat du massothérapeute avait plaidé que le massothérapeute avait réagi « dans un élan de coeur » et qu'il n'avait posé aucun geste offensif envers les constables spéciaux.

Nadim Haj Hattab reviendra devant le tribunal à la fin de la semaine pour fixer la date de son procès pour cet événement et celui impliquant les journalistes.

L'audition pour la détermination de sa peine dans le cas des agressions sexuelles aura lieu au mois de septembre.

Le juge a fait valoir qu'il risquait une peine de prison importante pour ces agressions.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine