Retour

Le nouveau plan de soins palliatifs bien accueilli

La bonification du budget alloué aux soins palliatifs de 10 millions de dollars supplémentaires par an est accueillie avec satisfaction dans le milieu de la santé. En entrevue à l'émission Première heure, le Dr Louis Roy, qui est médecin en soins palliatifs au CIUSS de la Capitale-Nationale, affirme que les améliorations apportées avec le plan de soins palliatifs 2015-2020 sont importantes.

« Ce que le ministre vient d'annoncer ce sont des bonifications qui sont majeures. Dans le sens où il y a une reconnaissance absolue de l'accès aux soins palliatifs pour tous, pas seulement pour les gens atteints de cancer, mais pour tous les gens atteints de maladies qui mènent vers la fin de vie », dit le spécialiste.

Le nouveau plan s'inscrit dans la foulée de l'entrée en vigueur, en décembre, de la loi sur les soins de fin de vie, aussi connue comme la loi sur l'aide médicale à mourir.

Parmi les mesures prévues, Québec proposera à compter du 1er avril 2016 une allocation de 1000 $ par famille de proches aidants pour les soins à domicile, échangeable en services d'accompagnement et de répit. De l'assistance additionnelle sera offerte aux familles.

Mourir à domicile

Même si l'accès aux soins palliatifs est relativement bon dans la région de Québec, des améliorations sont nécessaires, soutient le Dr Roy. Les milieux de soins palliatifs réclamaient depuis longtemps une révision des services pour permettre aux patients notamment de faire le choix de mourir à la maison.

« Au Québec, par rapport à d'autres pays industrialisés, on fait beaucoup moins bonne figure en terme de décès à domicile pour les gens qui sont en fin de vie. On parle d'environ 11 %. C'est variable d'une région à l'autre », précise le Dr Louis Roy.

Le ministre Barette vise un objectif de 20 % de décès à domicile d'ici 5 ans. Seul le tiers des 21 000 personnes qui sont suivies à domicile au Québec chaque année y meurent.

Le Dr Roy explique qu'au Québec la tendance est toujours de considérer l'hôpital comme le point de référence pour recevoir des soins de santé. La possibilité de garder les patients à domicile diminue lorsque les soins s'intensifient en fin de vie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine