Retour

Le pire de la tempête est déjà passé sur l'est du Québec et les Maritimes

Le Québec et les provinces maritimes ne sont pas au bout de leur peine, même si le plus gros de la tempête hivernale qui s'est abattue sur ces régions est déjà derrière elles. De nombreuses routes demeurent fermées et d'importantes pannes privent encore d'électricité des milliers de foyers dans l'est du pays.

La puissante dépression en provenance des États-Unis provoque des conditions routières très difficiles en raison du froid, de la neige et de la poudrerie intense, alimentée par de forts vents qui balayent les Maritimes et le Québec, de la région de Montréal jusqu’aux îles de la Madeleine.

De nombreux départs ont été annulés vendredi après-midi aux aéroports de Montréal et de Toronto.

Glace, neige et poudrerie intense sur les routes

Les automobilistes qui doivent prendre la route devront être patients et redoubler de prudence en raison de la visibilité parfois nulle et des accumulations de neige sur la chaussée glacée.

Dans la région de Montréal, la poudrerie parfois forte et la chaussée glacée et enneigée rendent les déplacements difficiles sur le réseau routier. Des routes sont d'ailleurs fermées par endroit, en Montérégie, en Estrie, en Mauricie et dans le Centre-du-Québec.

Les conditions de neige et de visibilité réduite deviennent de plus en plus difficiles à mesure qu'on progresse vers l’est, des deux côtés du fleuve Saint-Laurent entre Rivière-du-Loup, la Gaspésie et la Côte-Nord, qui sont particulièrement touchées par la tempête. La situation n'est guère meilleure au Saguenay-Lac Saint-Jean, où des portions des routes 170 et 169 ont été fermées en raison de la visibilité nulle.

Seules l'Abitibi-Témiscamingue et les Laurentides sont pour le moment épargnées.

Malgré des rafales de près de 100 km/h, Hydro-Québec rapporte peu de pannes d’électricité sur son réseau. Moins de 1000 clients étaient sans électricité en fin de soirée vendredi.

La tempête s'éloigne vers le nord-ouest du Québec. Une nouvelle vague de froid intense s'installera cependant sur la province au courant de la fin de semaine.

Pour consulter notre carte interactive des conditions routières sur un appareil mobile, cliquez ici

La Gaspésie frappée de plein fouet

La Gaspésie a reçu plus 40 centimètres de neige vendredi. Le pire est passé, mais les vents continueront à souffler jusqu'à samedi. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le cocktail météo a provoqué des inondations à Matane-sur-mer. Une vingtaine de maisons ont dû être évacuées.

« Les gens là-bas ne sont pas au bout de leur peine », prévient Jean-Philippe Bégin, d'Environnement Canada. De 10 à 15 centimètres de neige supplémentaires sont en effet prévus d'ici samedi matin.

Dans le Bas-Saint-Laurent et la péninsule gaspésienne, plusieurs grands axes routiers sont toujours fermés en raison de la neige abondante et de la visibilité nulle. C'est le cas notamment de la route 132, fermée sur plus de 400 kilomètres entre Rivière-du-Loup et Grande-Vallée, ce qui empêche toute circulation sur la rive nord de la Gaspésie. D'autres routes secondaires sont fermées à l'intérieur des terres.

Pour l'instant, on ne dénombre aucun accident majeur dans le secteur, mais la Sûreté du Québec a quand même invité à la prudence en recommandant aux citoyens d'éviter tout déplacement non essentiel.

À Rimouski, les autorités sont à pied d'oeuvre pour réparer un aqueduc situé dans un secteur névralgique de la ville. La situation est telle que le maire a demandé la collaboration des citoyens. « Mettez de côté complètement l'idée de faire du lavage, écartez les douches, fermez les lave-autos : la situation est préocupante », a déclaré le maire, Marc Parent.

Les intervenants sont pour le moment incapables de repérer les vannes destinées à freiner les arrivées d'eau en raison de l'accumulation de neige.

Sur la Côte-Nord, où la tempête frappe également très fort, la route 138, qui est le principal lien routier, est fermée entre Tadoussac et Longue-Rive. Les conditions sont aussi très difficiles entre Baie-Comeau et Sept-Îles, où la visibilité est nulle ou très réduite en raison de lames de neige et de la poudrerie.

Le service d'autocar Orléans-Express a d'ailleurs annulé plusieurs départs en provenance ou à destination de l'est du Québec.

Les traversiers restent à quai

La plupart des services de traversier de la région ont aussi été interrompus en raison des forts vents et de la neige intense dans le fleuve et le golfe du Saint-Laurent.

C’est le cas des traverses Baie-Comeau-Matane et Godbout-Matane qui sont fermées, tout comme la traversée entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon ainsi que la traverse entre L’Isle-aux-Grues et Montmagny et celle de Québec-Lévis.

Le service entre Québec et Lévis a de nouveau été suspendu en raison de la présence de glace sur le fleuve.

À l’embouchure du Saguenay, la traverse entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine est réduite à un passage par heure.

En ce qui a trait aux alertes de marées de tempête et de déferlements de vagues importantes sur les côtes, qui ont été lancées dans les secteurs côtiers du fleuve et du golfe du Saint-Laurent, aucun dégât majeur n’a été signalé jusqu’ici au Québec, mais des secteurs ont dû être évacués à Matane-sur-Mer en raison d'inondations.

Les provinces maritimes malmenées

En Nouvelle-Écosse, où des rafales de 170 km/h ont été enregistrées, moins de 7000 clients étaient toujours dans le noir vers 23 h vendredi. Au plus fort de la tempête, un tiers des habitants de la province étaient sans électricité. Beaucoup d'entre eux ont été rebranchés au cours des dernières heures, mais centaines de personnes devront attendre la journée de samedi avant de revoir la lumière.

Plus de 1000 travailleurs ont été mobilisés pour les travaux de réparation qui s’annoncent particulièrement longs et pénibles, étant donné les conditions difficiles. La priorité est de rétablir le courant aux services d'urgence, comme les hôpitaux, et aux secteurs les plus touchés.

Une cinquantaine d'équipes d'Hydro-Québec prêtent main-forte aux équipes sur le terrain, à la demande de Nova Scotia Power, qui avait prévu le coup avant même le début de la tempête.

Les fortes rafales de vent ont détruit la toiture de plusieurs édifices et des routes ont également été endommagées.

Au Nouveau-Brunswick, les accumulations de neige varient de 14 cm à Moncton à 43 cm à Bathurst, selon les données publiées par Environnement Canada. Dans la ville Edmundston, où sont tombés près de 30 centimètres de neige, les autorités estiment qu'il faudra près de deux semaines pour se remettre de la tempête. L'accumulation est telle que l'administration ne sait plus où déverser la neige.

En soirée vendredi, quelque 300 clients d’Énergie Nouveau-Brunswick étaient encore dans le noir. Les responsables ont toutefois assuré que la majorité d'entre-eux seraient rebranchés d'ici la fin de la soirée en prévision du froid intense qui doit s'installer durant la nuit.

La circulation sur le pont de la Confédération, entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard, demeure interdite à certaines classes de véhicules comme les camions et les autobus, à cause des vents qui soufflent en rafales à plus de 100 km/h.

Le transporteur Bay Ferries a annulé ses traversées de vendredi entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Marine Atlantique a fait de même pour les trajets entre la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve.

À l'Île-du-Prince-Édouard, des pannes de courant sont signalées dans une quinzaine de collectivités.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards