Le gouvernement Couillard verrait d'un bon œil qu'Ottawa rachète le pont de Québec afin d'assurer la pérennité de l'infrastructure.

Un texte de Louis Gagné

Le bureau du ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, a confirmé jeudi que des discussions sont en cours à ce sujet entre le Canadien National (CN), l’actuel propriétaire du pont, et le gouvernement fédéral.

Le ministre québécois des Transports, Laurent Lessard, affirme ne pas avoir été mis au courant de ces pourparlers. Il fait valoir que son collègue François Blais est libre d’aborder les sujets qu’il veut avec son homologue fédéral, Jean-Yves Duclos.

À première vue cependant, le rachat du pont de Québec par Ottawa ne semble pas déplaire au ministre.

« Ça n'a pas été porté à ma connaissance, mais évidemment, si le gouvernement canadien pouvait reprendre la propriété, ça serait sûrement une bonne nouvelle », a réagi Laurent Lessard lors d’une mêlée de presse.

La sécurité avant tout

Le ministre a ajouté que sa principale préoccupation demeurait la solidité de l’infrastructure afin d’assurer la sécurité de ses usagers.

« Quand on le voit rouiller, c'est toujours la même question : est-ce que le CN, dans sa responsabilité, ne devrait pas refaire l'infrastructure comme telle puis éviter la dégradation? », a rappelé le ministre.

Duclos se montre prudent

Le ministre fédéral responsable de la région de Québec, Jean-Yves Duclos, n’a pas voulu confirmer que son gouvernement envisageait le rachat du pont de Québec. Il a toutefois indiqué que les discussions visant à régler le dossier de la peinture « allaient bon train ».

« Ce serait irresponsable de mener ces discussions sur la place publique puisqu’il s’agit d’un enjeu extrêmement important pour la région. Donc, pour faire les choses correctement, il faut que les trois partenaires travaillent étroitement ensemble et c’est ce qui se passe déjà depuis plusieurs mois », a déclaré M. Duclos.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a abondé dans le même sens. Il soutient que le dossier a plus de chances de progresser si les personnes impliquées évitent de commenter les pourparlers dans les médias.

Lehouillier interpelle Ottawa

De son côté, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ne s’oppose pas au rachat du pont de Québec par le gouvernement fédéral. Il estime toutefois qu’au-delà de la propriété de l’infrastructure, c’est avant tout le problème de la peinture qu’il faut régler. Le maire invite Ottawa à prendre en main le dossier.

« Ce qu’il faut, c’est de régler ce dossier-là, d’être capable de trouver le financement et c’est plate à dire, mais on s’entend tous maintenant, on est sûr à 100 % que ce n’est pas le Canadien National qui va prendre le leadership de ça », a déclaré Gilles Lehouillier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine