Retour

Le pouvoir citoyen est menacé par Labeaume, martèle Anne Guérette

La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, fait des référendums municipaux un enjeu pour les élections qui auront lieu en novembre. Face à un Régis Labeaume qui souhaite abolir les plébiscites, Mme Guérette se pose en protectrice du pouvoir citoyen.

Toujours à l'étude à l'Assemblée nationale, le projet de loi 122 sur l'autonomie des municipalités pourrait être adopté rapidement, comme le réclament plusieurs maires.

Cette semaine, un compromis semble avoir été trouvé entre les tenants de l'abolition des référendums et ceux qui prônent leur maintien, a rappelé Mme Guérette.

Plutôt que d'adoblir les référendums sur les projets immobiliers dans toutes les municipalités, il reviendrait en effet à chaque ville de déterminer si elle les conserve ou les remplace par une autre méthode de consultation.

La chef de l'opposition à l'hôtel de ville salue cette décision, mais elle martèle qu'avec Régis Labeaue à la mairie, les référendums restent en danger.

« La position de Régis Labeaume est claire et sans équivoque : il ne veut plus de référendums minicipaux sur le territoire de la Ville de Québec », soutient Mme Guérette.

Mme Guérette a souligné l’importance des référendums pour la vie démocratique municipale. « Pour nous, c’est notre carte ultime que le citoyen peut lever lorsqu’il veut renverser une décision des élus », affirme-t-elle.

En février, Régis Labeaume avait livré une véritable charge à fond de train contre les référendums sur les projets immobiliers, jugeant ce processus « antidémocratique » et servant « uniquement les intérêts d'une minorité d'opposants ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine