Retour

Le président du Centre culturel islamique de Québec victime d’un incendie criminel

Le véhicule du président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, a été incendié dans la nuit du 5 au 6 août, alors qu'il était garé tout près de sa résidence.

Un texte de Cathy Senay

Les faits se sont produits un peu avant 1 h 30 le dimanche matin. Les pompiers ont mis une trentaine de minutes à éteindre le feu. La police est toujours à la recherche d’un ou de plusieurs suspects. Aucune personne liée à l’événement n’a été arrêtée jusqu’à ce jour.

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) affirme que les autorités ont confirmé la nature criminelle de l'incendie.

« Une enquête policière est en cours et la thèse de l’infraction criminelle est envisagée », affirme le porte-parole du Service de police de la ville de Québec (SPVQ), Étienne Doyon.

L’unité des crimes majeurs pourrait aussi déterminer qu’il s’agit d’un crime haineux. « Lorsqu’on parle d’un crime haineux, il faut qu’il y ait une infraction criminelle qui se retrouve à l’intérieur du Code criminel et il faut que cet acte ait une connotation haineuse envers une communauté particulière, une race particulière », précise M. Doyon.

Si l'affaire n'a pas été dévoilée avant, c'est à la demande de la famille, mais aussi pour des raisons de stratégie d'enquête, indique le lieutenant Jean-François Vézina, agent de liaison auprès des communautés culturelles au SPVQ.

« Que ce soit des groupes ou des individus précis, on a tout le temps des gens qu’on peut soupçonner lorsque ce genre d’infraction criminelle là est commis », avance M. Vézina. Si plusieurs événements qui visent la communauté musulmane s'accumulent, il y a aussi plus de gestes qui sont dénoncés, selon lui.

L'acte de vandalisme a eu lieu un peu plus de 36 heures après l’annonce de la vente d’un terrain municipal d’une valeur de 270 000 $ au Centre culturel islamique afin de permettre la création d’un cimetière musulman tout près du cimetière Belmont, dans le secteur de Sainte-Foy à Québec.

Ce cimetière est attendu depuis des années par des citoyens musulmans de la région de Québec. Mohamed Labidi avait participé à cette conférence de presse aux côtés du maire Régis Labeaume, à l’hôtel de ville de Québec.

Appel à la vigilance

C’est la première fois qu’un tel incident vise directement l’un des dirigeants du Centre culturel islamique.

Les membres du Conseil d’administration du CCIQ déclinent toute demande d’entrevue, mais dans un communiqué, ils exhortent le public et les élus à « prêter une attention particulière à la montée de l’extrême droite à Québec ». Ils réclament aussi de l’aide afin de maintenir la pression pour que les moyens soient mis en place afin de lutter contre ces gestes haineux.

« Je pense qu’il est venu un moment où les gens de Québec doivent faire entendre d’une seule et même voix le fait que ce type d’incidents n’est pas acceptable dans une communauté comme la nôtre. Et ça viendra en soutien à une communauté musulmane qui se sent justement de plus en plus victimisée et de plus en plus peut-être isolée », souligne Benjamin Ducol.

Plusieurs événements à caractère haineux

Le Centre culturel islamique de Québec ajoute que des excréments ont été laissés devant la porte de la grande mosquée quelques jours après que le véhicule du président a été incendié.

Cet incident s’ajoute à plusieurs autres gestes à caractère haineux perpétrés à l’endroit de la communauté musulmane de Québec au fil des dernières années.

Résident de Québec depuis 2002, Ibrahim Sbai appelle d'ailleurs tous les Québécois à dénoncer ces actes.

« Ces événements-là ne vont jamais arrêter. J'appelle tous les Canadiens, tous les Québécois à condamner ces actes. Ces individus-là commencent par nous, mais finiront par toucher toute la communauté », déplore M. Sbai.

Rappelons que le 14 juillet dernier, deux jours avant le vote sur le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, un Coran déchiqueté avec un couteau accompagné d’un message haineux avait été déposé à la grande mosquée.

Le 19 juin 2016, une tête de porc avait été laissée par le groupuscule Québec identitaire devant l’une des entrées de ce lieu de culte. C’est aussi Québec identitaire qui avait installé des affiches haineuses sur les murs de trois mosquées de Québec en novembre 2014.

Tous ces cas ont été signalés à la police de Québec, mais les enquêtes n’ont pas permis de trouver de suspects pour l’instant.

Le Centre culturel islamique a aussi été le théâtre de l’attentat survenu le 29 janvier dernier. Six hommes ont perdu la vie dans cette fusillade.

Plus d'articles

Commentaires