Retour

Le procès de Nathalie Normandeau peut commencer, dit la poursuite

La Couronne est prête à aller de l'avant avec les procès de l'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau et de ses cinq coaccusés.

Les avocats représentant les accusés étaient de retour en cour pour une simple formalité, mardi, à Québec. Le procureur de la poursuite, Me Claude Dussault, a confirmé qu'il demandait la nomination d'un juge pour accélérer le processus.

À la sortie de la salle d'audience, Me Dussault a indiqué aux journalistes que ce procès pour fraude, complot, abus de confiance et corruption des cinq coaccusés allait durer au moins quatre mois.

« Évidemment, toute gestion qui aurait lieu dans le dossier pourrait raccourcir la durée, mais tant que cette gestion-là n'a pas lieu, c'est un procès selon nous de quatre mois », a estimé l'avocat de la poursuite.

Une conférence de gestion est prévue mardi prochain.

139 témoins

Pour le moment, la Couronne compte sur une liste de 139 témoins qui pourrait être élaguée à la suite de discussions avec les avocats de la défense.

Selon Me Dussault, le procès pourrait se dérouler au cours des six premiers mois de 2018.

Nathalie Normandeau, Marc-Yvan Côté et quatre autres accusés arrêtés par l'Unité permanente anticorruption en mars 2016 font face à des accusations de fraude, corruption, abus de confiance et complot.

La semaine dernière, les cinq coaccusés ont appris qu’ils subiraient un procès devant juge seul, alors que la Couronne demandait un procès devant un jury.

Les autres accusés sont l'ex-chef de cabinet de Mme Normandeau, Bruno Lortie, les anciens dirigeants de la firme de génie-conseil Roche, Mario Martel et France Michaud, ainsi que l'ex-maire de Gaspé François Roussy.

Avec les informations de Yannick Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine