Retour

Le processus d'accueil des réfugiés sera « sécuritaire », affirme la ministre Weil

La ministre québécoise de l'Immigration, Kathleen Weil, tient à se faire rassurante quant au nombre de réfugiés syriens qui seront accueillis à Québec. Le maire Labeaume a fait savoir, hier, qu'il souhaitait accueillir un maximum de 800 réfugiés, en priorité des familles et des orphelins.

Le gouvernement du Québec avait demandé au maire plus tôt cette semaine d'en accueillir près du double, soit jusqu'à 1400 réfugiés.

La ministre Weil a affirmé ce matin qu'elle respecterait la volonté du maire de Québec. « C'est toujours aux villes de nous dire le nombre qu'elles veulent prendre. Je l'ai rassuré en ce sens », a dit la ministre.

Kathleen Weil a discuté avec son homologue fédéral, David McCallum, qui lui a confirmé que les réfugiés accueillis ici seront parmi les plus « vulnérables des vulnérables ».

Elle affirme cependant que les Villes ne pourront pas choisir leurs réfugiés, mais que le jumelage sera organisé en fonction du profil des personnes.

Plusieurs critères seront examinés comme le nombre d'écoles, les logements ou les ressources en santé disponibles. De nombreux réfugiés nécessitent notamment des soins psychologiques spécifiques.

« Les réfugiés vont aller dans des villes où les services sont adaptés », a précisé la ministre.

De son côté, le Premier ministre du Québec réitère sa volonté d'amener 3 650 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année. Philippe Couillard a déclaré en après-midi que malgré les notions de sécurité, il faut préserver le caractère humain du Québec.

« Une fois placées les notions de sécurité, il faut maintenir notre caractère ouvert et accueillant, ça doit passer au dessus de biens des choses ». a t-il affirmé.

Pour regarder l'entrevue avec Stéphan Reichhold sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Appel au calme

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, a réagi aux conditions imposées par le maire de Québec en suggérant de laisser retomber la poussière pour « éviter de céder à la peur ». Le maire Labeaume souhaite accueillir surtout des enfants et des familles pour une question de sécurité.

« Il faut prendre le temps et ne pas jouer le jeu des terroristes. Si on embarque dans ce jeu-là, on crie victoire aux terroristes. »

Qualifiant les propos du maire Labeaume de « prématurés », le ministre de la Sécurité publique, Pierre Moreau, s'est fait rassurant, quant à lui, sur les mesures de sécurité mises en place avant d'accueillir des réfugiés syriens.

« Les gens qui vont arriver ici sont des gens qui ne présenteront pas, à la satisfaction du Québec, de risques pour la population », a affirmé Pierre Moreau.

Les villes québécoises qui devraient accueillir des réfugiés syriens :

Pour voir la carte des villes d'accueil sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires