Retour

Le propriétaire de l'église Saint-Coeur-de-Marie s'estime largué par la Ville

Le propriétaire de l'église Saint-Coeur-de-Marie sur la Grande Allée, à Québec, dénonce ce qu'il qualifie de « volte-face » de la Ville sur l'avenir de son terrain. Louis Lessard, qui possède le bâtiment depuis plusieurs années, prévoit démolir l'édifice de style byzantin et le remplacer par une tour d'habitation de 18 étages, un projet qui pourrait bien tomber à l'eau en raison de nouvelles règles de la Ville de Québec.

En entrevue à Première heure mercredi, le promoteur immobilier s'est dit choqué de la tournure des évènements. Mardi dernier, la Ville de Québec a annoncé souhaiter rouvrir le Plan particulier d'urbanisme (PPU) de la colline Parlementaire pour y rajouter « cinq sites d'intérêt à préserver », dont l'église Saint-Cœur-de-Marie, fermée depuis 1997.

Contacté d'abord par Le Soleil, Louis Lessard plaide que son projet de tour à condo, qu'il qualifie de « sublime », s'intègre parfaitement dans le développement actuel de la Grande Allée. « [Le projet] fait partie de l'allée des arts qui part du nouveau musée et qui arrive jusqu'au Château Frontenac. »

Le promoteur avance également avoir déposé près d'une dizaine de projets différents pour la construction, qui ont évolué avec le temps, notamment après des commentaires et demandes de la Ville.

Louis Lessard affirme que l'idée de maintenir l'église actuelle, en totalité ou en partie, a été écartée en raison des coûts pour la réfection de la structure.

« L'évolution s'est faite au fur et à mesure qu'on avait les estimés des coûts [...] pour en venir ce printemps à une démolition, mais avec une œuvre d'art qui rappelle l'histoire. »

Impossible également, selon lui, de maintenir une partie du bâtiment, comme la façade, notamment en raison des coûts. « On ne fait plus ça, du façadisme. C'est la volonté du ministère de la Culture, que j'ai rencontré. Les histoires de : "on démanche de la vieille pierre qui est pourrie, et qui dans 5 ans tiendra pas", ce n'est plus ça. »

En plus du ministère de la Culture du Québec, qui aurait qualifié son projet d'exemplaire, Louis Lessard avance avoir été en contact avec le directeur du Bureau des grands projets de la ville de Québec, Charles Marceau, durant une bonne partie du processus.

Pour respecter les demandes de la Ville, il affirme s'être engagé à construire une œuvre d'art et à s'assurer que les plans respectent « l'âme ou l'histoire » du site, notamment en reprenant le motif des arches intérieures du bâtiment.

Prêt à se battre

Le promoteur espère maintenant éviter l'expropriation de son terrain, une mesure incluse dans la révision du PPU.

« Je n'accepterai pas que mon terrain soit racheté et que demain matin quelqu'un d'autre fasse un projet de 18 ou 20 étages. Parce qu'ultimement, personne ne va mettre 10 à 15 millions avant de commencer un projet. » Louis Lessard affirme que cette somme serait nécessaire pour la réfection de l'église, qui « ne peut pas être maintenue. »

Plus d'articles

Commentaires