De jeunes adultes qui ont une déficience intellectuelle aimeraient bien pouvoir vivre en appartement plutôt que de demeurer chez leurs parents toute leur vie. C'est le grand rêve de François Brière. Il met tout en oeuvre pour qu'il devienne réalité en suivant une formation pour le préparer à voler de ses propres ailes.

Un texte de Stéphanie Tremblay

François Brière a 27 ans. Il a une déficience intellectuelle légère et vit chez ses parents, Suzanne Walters et Paul Brière. Comme bien des jeunes hommes de son âge, François va à l'école, travaille et se passionne pour le sport. Il ne lui manque qu'un appartement bien à lui.

« C'est sûr que j'y songe, j'y songe beaucoup, pour faire ma propre vie avec une amie ou une blonde », dit-il.

Les jeunes comme François qui ont une déficience intellectuelle ont peu d'options de milieu de vie quand ils arrivent à l'âge adulte. Les endroits où aller sont rares, les appartements supervisés sont presque inexistants dans la région de Québec.

L'Association pour l'intégration sociale de la région de Québec a pris les choses en main, avec son projet Appart'enance. Il s'agit d'un projet d'immeuble à logements pour les personnes qui ont une déficience intellectuelle. Une partie de l'immeuble serait habitée par la population générale, afin de favoriser l'inclusion sociale.

Les personnes choisies pour le projet d'habitation ne seront pas laissées à elles-mêmes. Elles seront sous la supervision d'éducateurs spécialisés affiliés au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

La mère de François, Suzanne Walters, fonde beaucoup d'espoir dans ce projet . « On vieillit, ça nous préoccupe l'avenir. On n'est pas éternel. On ne sait pas ce qui peut arriver demain matin. Ce serait une sécurité de savoir que notre garçon pourrait aller vivre dans un endroit en partie adapté. »

François s'imagine déjà habiter l'immeuble Appart'enance. « Je suis un gars sociable, heureux, j'aime beaucoup les choses dans la vie. J'aimerais ça être sérieux envers les autres. »

Pour faire partie des candidats sélectionnés quand l'immeuble verra le jour, François s'est inscrit à la formation liée au projet.

Un soir par semaine, depuis près de trois ans, une soixantaine de jeunes comme François suivent les cours offerts à la Maison des adultes de Charlesbourg. Ces cours sont divisés en quatre groupes, le mardi ou le mercredi.

Des ateliers pour savoir comment gérer son budget de même que des conseils de sécurité sont offerts.

Dans son cours de gestion de conflit mardi soir, François et les élèves de son groupe ont pu expérimenter différentes situations pour voir comment ils agiraient si un voisin trop bruyant se manifestait dans leur immeuble, ou encore comment régler une chicane de couple.

Ils ont aussi eu droit à un cours de cuisine, pour leur fait découvrir des recettes simples et économiques.

Au menu cette semaine: du spaghetti et de la soupe aux légumes.

L'enseignant de François, Julien-Pierre Raté, se dit confiant du potentiel de ses élèves.

« Ils ont tous leur défi. Il y en a que c'est d'aller en appartement, d'autres d'être dans une chambre et pension. L'objectif c'est qu'il soit davantage autonome pour pouvoir être en mesure d'être seul dans un milieu comme un appartement. Je crois que c'est possible pour François. »

Les amis de François aussi croient en lui. « Il est bon, il travaille bien et il a une bonne attitude », affirme son amie d'école Jessica Berger-Lebel.

Pour mettre toutes les chances de son côté, François s'est aussi déniché un gagne-pain. Il effectue de menus travaux, quatre jours semaine, pour le centre Cité-Joie qui offre du répit aux personnes handicapées.

François Brière est un bel exemple de ténacité. « J'y crois vraiment. Tout le monde a un but, un rêve. Pour réaliser un rêve, il faut travailler encore plus fort. »

L'immeuble Appart'enance devrait voir le jour dans un horizon de deux ou trois ans.

Plus d'articles