Retour

Le rêve olympique d'Alexandre St-Jean prend forme

Alexandre St-Jean peut dire mission accomplie...ou presque. Le patineur de vitesse sur longue piste a pris la deuxième place à l’épreuve du 1000 mètres des essais olympiques lundi soir à Calgary. Cette performance devrait lui assurer une place aux Jeux olympiques de Pyeongchang en février prochain.

Un texte de Jean-Philippe Martin

L’annonce officielle de la composition de l’équipe olympique sera faite mercredi. Même si peu probable, seule une surprise lors de l’épreuve du 10 000 mètres mardi soir, pourrait priver St-Jean de son laissez-passer pour les JO.

« En ce moment, je me retiens, affirme le patineur de 24 ans. Je ne fais aucun commentaire sur Facebook tant que je ne suis pas qualifié officiellement. Ce soir (mardi), je ferai une annonce si tout se passe bien! ».

Joint au téléphone mardi matin dans le taxi qui le menait à l’aéroport de Calgary, le patineur de vitesse rentrait à la maison épuisé, mais soulagé.

« Ç’a été un moment intense. La tension était palpable à l’aréna. Tout le monde est content que ce soit terminé aujourd’hui. Il y a avait du calibre en fin de semaine. Il fallait être là et il fallait être bon. »

Attente interminable

Même s'il estime avoir été meilleur lors du 500 mètres quelques jours plus tôt, Alexandre St-Jean est fier de sa performance, lui qui dit bien gérer la pression une fois sur la ligne de départ.

Ce qui l’a éprouvé, c’est le temps d’attente avant de s’amener à l’anneau olympique de Calgary pour l’épreuve du 1000 mètres, disputée lors de la cinquième journée des qualifications.

« De jeudi à dimanche, il fallait que je m’occupe et que je me détende. Rendu lundi soir, c’était le temps que ça se termine pour moi. Le stress est là depuis longtemps. Je commençais à être fatigué. »

En principe, quatre Québécois seront choisis parmi 20 membres de l’équipe canadienne. En plus de Alexandre St-Jean, Alex Boisvert-Lacroix, Laurent Dubreuil et Olivier Jean représenteront aussi le Canada à Pyeongchang.

Plus d'articles