Le maire de Québec ira à Lausanne, le 11 avril, à l'invitation du Comité international olympique (CIO) qui souhaite lui expliquer les nouvelles modalités pour les candidatures olympiques.

« On s'en va écouter », a dit le maire en point de presse cet après-midi.

Le maire explique avoir accepté l'invitation du siège social du CIO, qui lui exposera entre autres les paramètres pour les candidatures conjointes désormais permises. Il sera accompagné du président de Gestev, Patrice Drouin.

Toutefois, aucune décision n'est prise à ce stade quant à la possibilité pour Québec de déposer une candidature olympique visant les Jeux d'hiver de 2026.

« La population de Québec connaît mes positions quant aux Jeux olympiques, et ce, jusqu'à nouvel ordre, elles n'ont pas changé. »

Régis Labeaume dit en avoir toujours contre « le gigantisme des jeux », les importants coûts pour les organiser et les investissements dans des infrastructures sportives qui ne servent plus après les jeux.

Trois villes partenaires?

Le maire reconnaît cependant que les Jeux peuvent générer des bénéfices, « s'ils sont bien gérés ». Il se dit d'accord pour vérifier une hypothèse de travail visant à s'associer à des villes partenaires comme Lake Placid, Calgary ou Whistler pour tenir certaines compétitions.

« Une telle alliance permettrait de diminuer dramatiquement le coût total des investissements en infrastructures et rendrait les Jeux financièrement plus abordables. Quant au village olympique, une association avec l'entreprise est tout à fait envisageable. »

Régis Labeaume soutient finalement que si la Ville décidait dans les prochaines années de déposer une candidature, plusieurs conditions devraient nécessairement être remplies :

  • Une acceptabilité sociale forte de la part de la population;
  • Un soutien financier des gouvernements;
  • Le respect du cadre financier de la Ville de Québec;
  • Des chances très réelles d'être sélectionnée au niveau canadien et par le CIO.

De son côté, le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, qui participait au point de presse du maire, mentionne que le gouvernement voit d'un bon oeil l'approche du CIO et son ouverture pour revoir à la baisse les coûts engendrés par la tenue des Jeux.

Sam Hamad affirme que Québec appuiera la Ville dans son analyse et sa réflexion à la suite de la rencontre à Lausanne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine