Le pasteur Paul Mukendi, qui fait face à des accusations de sévices physiques et sexuels, souhaite récupérer son passeport.

Un texte de Yannick Bergeron

Celui qui dirige le Centre évangélique La Parole de Vie situé sur le boulevard Pierre-Bertrand, à Québec, aurait agressé trois fidèles.

Une des plaignantes avait 14 ans au moment où les agressions auraient débuté.

Mukendi, qui a été arrêté l'année dernière, est en liberté pendant le processus judiciaire, mais ne peut quitter le Canada.

Dans une requête, il demande de récupérer son passeport afin de « prononcer des conférences à l'international ».

L’accusé se présente comme un « orateur reconnu pour sa vaste expérience dans le domaine spirituel ».

Droit de religion

Le révérend indique que « ces conférences représentent non seulement l’exercice de son droit de religion, mais elles font aussi partie de sa fonction de pasteur de l’Église évangélique ».

L'homme de 40 ans veut aussi aller au Congo à la fin juillet pour respecter une tradition funéraire. Il fait valoir que la tradition africaine veut qu'il pose la pierre tombale de son père pour signifier la fin du deuil, un an après sa mort.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales s'oppose à la demande du révérend, craignant qu'il tente de fuir la justice.

Le juge va continuer d'entendre la cause mercredi après-midi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine