Retour

Le sirop d'érable québécois vers de nouveaux marchés

À un mois de l'arrivée du printemps, les producteurs acéricoles du Québec lancent la saison des sucres 2018 avec une première entaille effectuée par le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation. Forts d'une récolte record en 2017, les acériculteurs souhaitent poursuivre leur croissance et gagner de nouveaux marchés.

« On pense qu'il y a des opportunités de développer notre marché et il faut les prendre », s'est exclamé le président de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, Serge Beaulieu, alors qu'il lançait la saison des sucres à l'érablière du parc du Bois-de-Coulonge, à Québec.

Plusieurs indices permettent à l'industrie de croire à une expansion dans les prochaines années.

La récente entente de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne qui prévoyait l'abolition du droit de douane de 8 % sur le sirop d'érable exporté en Europe devrait faciliter la commercialisation du sirop canadien sur le Vieux Continent.

Le retrait des États-Unis dans le Partenariat transpacifique permet aux producteurs acéricoles d'être optimistes quant à leur avenir en Asie.

Le ministre Lessard ajoute que le gouvernement a l'intention d'aider l'industrie à se développer pour saisir les occasions de développement qui s'offrent à elle, notamment en offrant des prêts aux producteurs.

La Fédération des producteurs acéricoles du Québec souhaite atteindre les 84 millions de kilogrammes vendus en vrac d'ici 2023. Elle en a vendu 53 millions de kilogrammes en 2017.

Le défi du plomb

Une nouvelle entente avec la Californie oblige les producteurs québécois à réduire de beaucoup la quantité de plomb dans le sirop d'érable d'ici 2020.

La plupart des propriétaires d'érablière vont devoir investir des dizaines de milliers de dollars pour éliminer de leurs installations tout ce qui contient du bronze, du laiton ou des soudures au plomb.

Le propriétaire de l'Érablière du Cap, à Saint-Nicolas Jean-Paul Tardif, souligne que les sièges sociaux de plusieurs multinationales comme Walmart et Costco sont en Californie. Ce sont donc des ventes considérables qui sont en jeux avec cette nouvelle entente.

L'accord conclu en 2014 prévoit que tous les producteurs acéricoles de la province doivent faire passer, d'ici octobre 2020, la teneur en plomb du sirop d'érable à moins de 11 parties par milliard. Il s'agit d'une norme vingt fois plus sévère que celle du Québec, qui est de 250 parties par milliard.

Les producteurs acéricoles du Québec demandent l'aide financière des gouvernements fédéral et provincial pour modifier leurs équipements.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine