Retour

Le tireur d'élite Wali pourra récupérer ses armes

Le tireur d'élite surnommé Wali a remporté sa guerre juridique au palais de justice de Québec. L'ancien membre du Royal 22e Régiment pourra récupérer ses armes saisies à la suite d'une dispute de couple.

Un texte de Yannick Bergeron

Wali s'est fait connaître pour être parti de son propre chef en Irak pour combattre le groupe armé État islamique. Le 10 juin dernier, les policiers sont intervenus à sa résidence avant de repartir avec trois armes à autorisation restreinte qu'il détient légalement.

C'est la mère de sa conjointe qui avait porté plainte à la police à la suite de la dispute conjugale, qui n'a mené à aucune accusation. Les policiers ont toutefois procédé à une requête en confiscation préventive de ses armes.

Lors d'une audience au début du mois d'août, le juge a demandé que l'ex-conjointe vienne témoigner puisque Wali réfutait avoir manipulé les armes lors de la dispute.

Ce matin, la procureur de la Couronne a expliqué que la femme ne souhaitait pas témoigner même si elle était présente au palais de justice.

Se basant sur le document médical préparé par l'armée canadienne lorsque le tireur s'est retiré des Forces, le juge René de la Sablonière a donné raison à Wali. Le document indique « une libération volontaire et honorable, sans raison médicale ».

Le juge voulait s'assurer de l'état mental du militaire avant de lui permettre de récupérer ses deux carabines CZ et Ruger et un pistolet SIG-Sauer.

L'ancien militaire était soulagé à sa sortie de la salle d'audience, mardi. Il mène actuellement des négociations pour tourner un nouveau documentaire au Moyen-Orient. « On aimerait ça que je sois armé en dernier recours où si je suis impliqué comme combattant, que je puisse défendre et utiliser mes armes », dit-il.

Wali affirme qu'il doit s'entraîner de la façon « la plus réaliste possible » en toute légalité. En affirmant comprendre la saisie préventive des armes, il a toutefois soulevé des doutes sur la procédure utilisée dans une telle situation.



Plus d'articles

Commentaires