Retour

Le tracé du SRB pourrait être revu à certains endroits

Les plans dévoilés jusqu'ici concernant le Service rapide par bus (SRB) pourraient subir des modifications. Des portions du tracé pourraient être revues dans une volonté le limiter le nombre d'expropriations.

« Actuellement, on est en train de terminer le travail pour savoir où il faudra exproprier. Je vous le dirai au moment où on sera rendu », mentionne le maire de Québec.

Régis Labeaume dit être en attente d’un rapport qui clarifiera la situation. Il soutient néanmoins qu’en vertu des informations qu’il possède, la majorité des expropriations nécessaires concernent la construction de gares.

Il pourrait aussi y avoir quelques expropriations pour la construction du tracé lui-même, mais Régis Labeaume soutient que les responsables du projet font tout en leur pouvoir pour limiter les conséquences sur les propriétaires terriens.

Le tracé du SRB pourrait donc subir quelques changements. Les plans dévoilés jusqu’ici permettent de croire que la Basse-Ville de Québec pourrait être concernée par ces possibles modifications.

« On fait des changements au trajet. Il y a peut-être un bout où les deux [directions] ne seront pas dans la même rue pour éviter qu'on enlève une rangée de maisons », dit le maire.

La Ville devrait bientôt acquérir une bande de 55 mètres carrés en Basse-Ville, à l’angle des boulevards Charest Est et Langelier. Une station-service Irving était autrefois bâtie sur ce lot.

Le projet de SRB consiste en un trajet d’autobus de 38 kilomètres reliant Québec et Lévis. Le début de la construction est prévu pour 2019 et jusqu’à 60 % du tracé pourrait être opérationnel dès 2022.

Labeaume préfère toujours Van Hool

Le maire de Québec réitère une préférence qu’il a déjà énoncée : si possible, le SRB sera doté d’autobus de la compagnie belge Van Hool.

Actuellement, me semble-t-il que c'est le plus beau, le plus confortable et le plus esthétique.

Régis Labeaume, maire de Québec

Régis Labeaume ne peut pas prédire si ce sera toujours le cas lorsque viendra le temps de choisir le bon véhicule pour le SRB.

« Peut-être que nos amis de Nova Bus dans le nord de Montréal vont se "déguédiner" un peu pour en faire un beau. On leur souhaite parce qu'il me semble qu'il y a de l'argent à faire! », dit-il.

L’achat d’autobus de la compagnie Van Hool demeure toutefois hypothétique. Une politique du ministère des Transports du Québec impose une obligation de contenu canadien pour les autobus subventionnés par des fonds publics.

« Il faut que le gouvernement soit d'accord pour qu'on puisse acheter ailleurs, admet M. Labeaume. Peut-être que dans deux, trois ans, il y aura un véhicule meilleur que celui de Van Hool. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine