Retour

Le « Viagra féminin » bientôt produit à L’Ancienne-Lorette?

EXCLUSIF - L'entreprise québécoise EndoCeutics souhaite construire prochainement à L'Ancienne-Lorette un complexe pharmaceutique majeur pour y produire son médicament phare, l'Intrarosa, surnommé le « Viagra féminin ». Ce projet pourrait représenter à terme un investissement de 50 millions de dollars.

Un texte de Maxime Corneau

Des excavatrices creusent depuis quelques jours un terrain vague derrière l'avenue Jules-Verne. C’est ce terrain, actuellement la propriété de la Municipalité de L’Ancienne-Lorette, qui accueillerait le projet d’EndoCeutics.

« La Ville est en train de faire les démarches pour nous permettre de s’installer là. J’espère que ce sera dans les plans assez rapides. Pour nous, il faut faire une construction pour 2017, donc ça ne laisse pas tellement de temps », explique le Dr Fernand Labrie, président d’EndoCeutics.

La Ville de L’Ancienne-Lorette a publié dans les journaux un avis d’assemblée publique de consultation sur l’implantation de ce « complexe industriel pharmaceutique ».

Changement de zonage

Dans un projet de résolution datant du 23 août dernier, il est possible de lire que le complexe de plusieurs bâtiments aura une surface de 45 785 mètres carrés, en considérant tous les étages.

Il comprendra « un laboratoire de recherche, des espaces de bureaux ainsi que des espaces de production et d’entreposages pharmaceutiques ».

Le document mentionne que certaines de ces activités commerciales nécessiteront un changement de zonage.

Le projet de résolution précise aussi que le complexe devrait avoir une hauteur de cinq étages, alors que le zonage actuel permet une hauteur de deux étages.

Le terrain prévu est voisin de la base de plein air de Sainte-Foy.

Un maire satisfait

Le maire de L’Ancienne-Lorette confirme que des annonces officielles sont imminentes. « C’est presque signé, c’est réglé », lance-t-il, sans toutefois vouloir en dire davantage.

Devant des journalistes, il a toutefois avoué travailler ce dossier depuis plus d’un an. « Ça fait un an et demi que je travaille ce dossier-là. Je l’ai travaillé en simonac! C’est big. »

Relativement aux consultations à venir sur les changements de zonage, M. Loranger n’est pas inquiet. « On a quand même fait nos vérifications », assure-t-il.

Plus qu’un « Viagra féminin »

L’Intrarosa, un médicament dont la vente a été autorisée aux États-Unis en novembre dernier, lutte contre l’atrophie vaginale. Il permet notamment de réduire « les douleurs lors des relations sexuelles » et « d’accentuer l’appétit sexuel », explique le Dr Labrie.

Fernand Labrie croit que près de 100 personnes pourraient travailler à son complexe de L’Ancienne-Lorette.

Vous avez une histoire à raconter? Écrivez à maxime.corneau@radio-canada.ca.

Plus d'articles

Commentaires