Retour

Légionellose : l'autorisation de recours collectif contestée

La Cour d'appel a entendu aujourd'hui la demande de la Direction de la Santé publique et de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) qui veulent faire casser l'autorisation d'intenter un recours collectif obtenue par les victimes de la légionellose à Québec.

La Cour supérieure a autorisé en février dernier un recours collectif des victimes de la légionellose et de leur famille contre la Direction de la Santé publique et la CSQ, propriétaire de la tour de refroidissement qui a été désignée comme la source de la contamination en 2012.

Depuis le 1er janvier dernier, une nouvelle procédure permet de contester la permission d'exercer un recours collectif.

La requête devait être entendue par un juge seul le printemps dernier, mais comme il s'agit de droit nouveau, le juge a plutôt demandé à trois juges d'entendre l'affaire.

« Notre cause sert un peu de cause type pour établir de quelle manière la Cour d'appel à l'avenir va accorder ou pas la permission d'appeler dans des cas comme ça », précise Me Jean-Pierre Ménard, qui représente les familles des victimes.

« Nous avons plaidé énergiquement que la Cour ne devrait pas revoir la décision du juge de première instance », dit-il.

Des familles éprouvées

Plusieurs proches de victimes de la crise de la légionellose suivent les procédures avec attention au palais de justice de Québec. Nadia Champagne a vu son père mourir de la maladie il y a 4 ans, presque jour pour jour.

« Je ne veux pas d'argent. Je veux juste que ça se règle pour que je fasse mon deuil », dit-elle.

Elle croit que les avocats de la défense étirent inutilement les procédures.

« Mettez vos culottes, lance-t-elle à l'intention de la Direction de la Santé publique. Vous le savez que vous avez fait une erreur. »

Le recours survient après l'éclosion de légionellose à Québec du 26 juillet au 8 octobre 2012. En tout, 181 personnes avaient contracté la légionellose et 14 d'entre elles ont perdu la vie.

Plus d'articles

Commentaires