Retour

Légionellose : l'autorisation du recours collectif mise en délibéré

La Cour supérieure a mis en délibéré la permission d'intenter un recours collectif contre les autorités de la santé publique de la région de la Capitale-Nationale dans le dossier de la légionellose.

Les victimes et les familles des victimes de la crise survenue à l'été 2012 à Québec estiment que les autorités ont tardé à intervenir, ce qui a permis à l'éclosion de légionellose de prendre de l'ampleur.

Les deux parties ont fait entendre leurs arguments au cours des deux derniers jours.

Le procureur de la santé publique, Luc de la Sablonnière, soutient que rien ne démontre que la Direction de la Santé publique et le ministère de la Santé auraient dû agir autrement.

« Ce qui est en preuve ne permet pas d'affirmer que la santé publique aurait dû agir autrement. Au contraire, il est même admis par la partie demanderesse qu'elle a faite de son mieux », affirme-t-il.

Les victimes confiantes

L'avocat qui représente les victimes, Me Jean-Pierre Ménard, plaide pour sa part que la direction de la santé publique et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), propriétaire de la tour de refroidissement fautive, n'ont pas fait ce qu'ils auraient dû faire. Sa thèse, dit-il, s'appuie sur des opinions d'experts et les analyses faites par le coroner et la santé publique elle-même.

« Beaucoup des déficiences qu'on a relevées, qu'on a alléguées, sont elles-mêmes constatées par la santé publique dans leur rapport de décembre 2012 », soutient-il. « À un certain degré, c'est comme si on reconnaissait qu'on n'a peut-être pas fait ce qu'on aurait dû faire. »

Me Jean-Pierre Ménard ajoute que cette cause représente un enjeu de société important.

« C'est important que la société fasse confiance aux autorités de santé publique, et quand les autorités sont défaillantes, comme ce qu'on allègue ici, il est important qu'elles en répondent, qu'elles soient imputables envers la population et qu'on apprenne de ce qui est arrivé pour ne plus que ces choses-là arrivent. »

Mieux vivre le deuil

Un recours collectif permettrait également à ceux qui ont perdu un proche de mieux vivre leur deuil. « Mon âme est blessée et ça va venir faire une petite compensation. Peut-être qu'avec cet argent-là, je vais faire des petites choses que mon mari aurait aimé faire avec moi », affirme Solange Allen, une requérante.

En tout, 181 personnes avaient contracté la légionellose et 14 d'entre elles ont perdu la vie, à l'été 2012.

Si le recours collectif est autorisé, il pourrait toucher, en tout, jusqu'à 400 personnes, et pourrait atteindre un montant allant de 4 à 6 millions de dollars.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards