Plus de 200 ambulanciers de la région de Québec ont déclenché vendredi une grève de 72 heures. Sans convention collective depuis deux ans, ils réclament de meilleures conditions salariales et un meilleur régime de retraite. Malgré leur débrayage, ils assurent les services essentiels pour la population.

Les ambulanciers affiliés à la CSN à Québec se joignent donc au mouvement amorcé, plus tôt ce mois-ci, par leurs collègues d’autres régions du Québec.

« La convention est échue depuis le 31 mars 2015 et on ne sent pas de volonté de la part du ministre de la Santé », affirme Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches à la CSN.

Les ambulanciers dénoncent le fait que le ministère de la Santé du Québec se soit retiré des discussions portant sur le renouvellement de leur contrat de travail., mentionne le porte-parole syndical Frédéric Maheux.

« On veut une table de négociations, c’est pas compliqué. Le ministère s’est sorti de la négociation en 2016, on veut qu’il revienne s’asseoir avec nous, qu’on puisse avancer, négocier notre fonds de pension, nos salaires, nos assurances. »

Les ambulanciers craignent que le retrait du ministère de la Santé des négociations ne donne trop de pouvoir à leurs employeurs, c’est-à-dire les entreprises ambulancières.

Services essentiels assurés

La grève dans la région n’aura pas de conséquences sur la sécurité de la population, soutient par ailleurs la centrale syndicale.

Les services essentiels sont assurés, mais d’autres services pourraient en souffrir comme la facturation ou le raccompagnement d'escortes médicales, prévient Ann Gingras.

« Parfois, il y a des infirmières qui vont accompagner le patient, alors le raccompagnement ne se fera pas. Au niveau de la paperasse, on sait qu’il y en a beaucoup dans le milieu de la santé, alors c’est des choses qui peuvent avoir beaucoup d’effets. »

Les grands événements peuvent aussi être touchés. Le Jamboree avec la Coupe du monde de ski acrobatique de grand saut, par exemple, qui se tient à Québec cette fin de semaine, n’aura pas d’ambulance en permanence sur place en raison de la grève.

Ailleurs dans la province, les ambulanciers ont également refusé de laver les véhicules, de remplir les inventaires de matériel médical ou d’encadrer des stagiaires.

La grève se poursuit jusqu’à minuit dimanche. Les ambulanciers de Charlevoix seront à leur tour en grève la semaine prochaine.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces